Sunday, July 31, 2011

Muchas Gracias

English Text – Le texte français suit.
I don’t usually write blog posts that are self-indulgent (except maybe the couple I wrote about my business travels and my kids’ graduations), but I just had to take a few minutes to write this thank you note of sorts to my many (!) readers.
When I started this “adventure in blogging” on April 1st, my thought was that I would be doing this for fun, and if I had a dozen or so friends and co-workers peek at the blog and download the podcasts, then I’d be happy.
Given that initial expectation, imagine my surprise when I look at the traffic statistics on this and my Tuesday blog. On Tuesdays I generally have between 75 and 100 weekly readers, and now my weekly stats on ITYWLTMT routinely hover around 100! That means over 175 times a week somebody somewhere in the blogosphere takes the time to look at what I have to say and sample the music I love.
I am overjoyed - and quite humbled!
I never could have imagined I’d garner such a following. Sure, I’m no Perez Hilton, but who’d have thunk that this little experiment of mine would have so exceeded my expectations?!?
Clearly, I have to thank my fellow music lovers from TalkClassical, who not only read my Tuesday musings, but have been teased into coming here for more musical discoveries.
Also, the French blogging has played a great role in boosting our numbers. As of now, my July numbers have exceeded 500 visitors, and (to my surprise!) almost 65% emanate from IP addresses registered in France.
Among the new features I have added in July, I have embedded the podcast to my weekly posts a few weeks ago, and I see that our Pod-O-Matic numbers are starting to grow, but they are not in the same league as my blog numbers. I know that visits do not equate to readers - according to my stats, I expect we probably have had between 20 and 40 different readers this month (based on specific pages viewed).

I wish I would hear more from you – in the form of comments and e-mails. But I also understand that this medium provides a great deal of anonymity, and it probably follows that people don’t leave much of a (paper-less) trail behind them.
This is why, for the next month, I will be conducting a reader survey (found on the left margin of the page) to try and get a feel for where the traffic is coming from, who is subscribing, etc, as Blogspot doesn’t provide a lot of insight – other than how many page views and the country of origin of the IP addresses, etc.
Please find the time to answer the simple question on the reader poll, and don’t be shy to provide comments and e-mails through this and the TalkClassical site.
Musically Yours,
Please visit What’s New on ITYWLTMT to find out about our menu for August.

Texte français
Je n’ai pas l’habitude d’écrire des billets hors-sujet, mais permettez moi cette petite indulgence.
J’aimerais remercier les visiteurs francophones d’ITYWLTMT, qui ont répondu en si grand nombre à mon invitation du 1er juillet. Après un mois sur ce blogue, je constate avec grande joie la croissance dans nos statistiques de fréquentation. Les statistiques peuvent être trompeuses, mais j’ai un nombre surprenant de visiteurs de France (au moment d'écrire ces lignes, près de 65% des 500 visites en juillet sont d'adresses IP Françaises!)
La fréquentation hebdomadaire de ce site (combinée aux visites sur mon blogue du mardi sur TalkClassical) se situe quelque part entre 175 et 200 visites, 5 fois plus de lecteurs que j’avais initialement escomptés. Mes attentes étaient sûrement modestes, mais je suis carrément aux oiseaux en ce qui concerne la fréquence de vos visites.
Je suis comblé – et ému.
En juillet, j'ai commencé à intégrer le montage hebdomadaire dans les billets du vendredi (avec le lecteur intégré Pod-O-Matic). Je constate une hausse du côté des baladodiffusions, mais la fréquence n'est pas comparable à celle de vos visites au blogue. Je sais fort bien, toutefois, qu'une visite n'est pas la même chose qu'un lecteur, et j'estime nos lecteurs entre 20 et 40 (d'après les pages visitées).
Autre déception mineure: pas beaucoup de feed-back de la part de mes lecteurs, soit sous forme de commentaires ou de courriels. Le Web est, d’abord et avant tout un média anonyme, et je peux comprendre la réticence de certains d’entre vous.
C’est pourquoi, pour un mois, je vais procéder à une consultation ad-hoc, un sondage de nos lecteurs (en marge de gauche), afin de mieux comprendre qui visite et qui fait quoi avec nos plateformes. Je vous invite donc à participer au sondage et aidez-moi à faire de ce blogue un rendez-vous de choix pour vous et les mélomanes de partout.
Encore une fois, merci beaucoup de prendre le temps de nous visiter!
Musicalement vôtre
Visitez Quoi de neuf pour notre menu du mois d’août.

Friday, July 29, 2011

Mozart’s European Vacation / Les vacances de Mozart

English text – le texte français suit
This week’s instalment of our Musical Holiday is a music link post featuring three Mozart symphonies that are named after European cities. I will stray from the “itinerary-style” I used for the past two weeks, and spend some time rather on Mozart, and the context for each of these symphonies, which span the last quarter (or so) of his Symphonic output,
Symphony No. 31 “Paris”
On two occasions, Paris provided an important destination for Mozart's travels. On the "Great Western" trip, which Mozart's father Leopold undertook with the family in order to introduce his child prodigies to the world, the children were lavished with gifts and other selected royal favours. Years later, when Wolfgang returned as an adult, he wanted to develop as a musician and perhaps find a more stable professional position. He introduced himself to the aristocracy, performed at their salons and spent his spare time teaching composition to the daughter of the Duc de Guines. (She "plays the harp magnifique," he reported to Leopold; it was for her and her father that he composed the Concerto for Flute and Harp in C, K. 299.) During these months in Paris, Mozart wrote some other memorable works: most of his flute concertos, the ballet Les Petits Riens and this Symphony.
Symphony No. 38 “Prague”
Mozart is often said to have had a special relationship with the city of Prague and its people. Mozart biographer Maynard Solomon writes of “an enthusiasm for Mozart that has passed into legend, with Prague seen as the good city that supported and understood him at a time when he had allegedly been neglected, even scorned, by Vienna.”
Mozart is claimed to have said, "Meine Prager verstehen mich" ("My Praguers understand me"), a saying which became famous in the Bohemian lands.
Mozart's opera The Marriage of Figaro, which premiered in Vienna, was produced in late 1786 in Prague with tremendous success. The orchestra and some affiliated music lovers funded a personal visit by Mozart so he could hear the production. Mozart arrived on 11 January 1787 and was feted everywhere. On 19 January he gave an "academy" (that is, a concert for his own profit) at which the “Prague” Symphony in D major was premiered.
Symphony No. 36 “Linz”
Linz is the third-largest city of Austria and is located in the north centre of the country, approximately 30 km south of the Czech border, on both sides of the Danube.
By all accounts, a stopover in the Austrian town of Linz on his and his wife's way back home to Vienna from Salzburg in late 1783 would have been a honeymoon of sorts. They stayed for more than two weeks as gusts of Count Thun, whose daughter-in-law was one of Mozart's Viennese piano pupils. Toward the end of that sojourn Mozart, who had a talent for drawing, sketched one of the paintings in the Count's palace and presented it to Constanze with the mock-serious inscription, “Dessiné par W.A. Mozart Linz ce 13 novembre 1783; dédié à Madame Mozart son épouse.”.
Of the music he composed in Linz, and the hospitality he enjoyed there, he wrote to his father with some excitement on October 31:

How dare he pack shirts, socks and underwear and NOT a symphony!!
When we arrived at the gates of Linz, a servant was standing there to conduct us to the Old Count Thun's, where we are still living. I really cannot tell you how they overwhelm us with kindness in this house. […] I am going to give a concert in the theatre, and, as I have not a single symphony by me, I am writing away over head and ears at a new one, which must be ready by then.
The entire symphony in C major (now known as the “Linz” Symphony) was written in four days to accommodate the count's announcement of a concert. The première in Linz took place on 4 November 1783.
Christopher Hogwood and Trevor Pinnock have dominated the scene for the last 20 or 30 years as masters of the “period instrument” movement, recording baroque, classical and early-romantic works with small ensembles, using period instruments. We were lucky to stumble onto a set of Mozart symphonies available openly by Pinnock and the English Concert. By all means, browse the links provided below and the MP3 Lemon site for more of the Pinnock cycle, which includes a few of the “annex” Mozart symphonies:
Our tour stops at the foot of the Austrian Alps, until next week.
I think you will love this music too.

Commentaire français
Le volet d’aujjourd’hui de nos séjours musicaux consiste de liens musicaux plutôt que d’un montage baladodiffusé. En vedette, trois symphonies de Wolfgang Amadeus Mozart dont les surnoms rappellent les voyages du compositeur. Nous allons donc mettre de côté l’aspect «itinéraire» de nos billets précédents et se concentrer sur ces voyages et leur pertinence.
Symphonie No. 31 “Paris”
Mozart a visité la France à deux occasions: lors d’une tournée de jeunesse chapeautée par son père, Léopold, et plus tard, lorsqu’un Mozart jeune adulte était à la recherche d’un emploi et de commandites.
Lors de ce deuxième séjour, Mozart s’est mêlé à l’aristocratie française, et a enseigné – entre autres – chez le duc de Guines, dont la fille était une harpiste «magnifique». Mozart a composé son concerto pour flûte et harpe à leur intention, et a également produit ses concerti pour flûte, son ballet Les petits riens, et cette symphonie.
Symphonie No. 38 “Prague”
La réputation de Mozart s’étalait de par l’empire Austro-Hongrois, et la ville de Prague a eu sa part de premières. On dit que Mozart avait un faible pour les résidents de cette ville, et on lui attribue "Meine Prager verstehen mich" ("Mes Pragois me comprennent
Lors de la première locale des Noces de Figaro, les musiciens et mélomanes locaux ont invité Mozart afin qu’il puisse assister à la performance. Il arriva le 11 janvier 1787, et se produit en concert le 19 janvier, avec la première de sa symphonie en ré mineur dorénavant surnommée «Prague».
Symphonie No. 36 “Linz”
Linz est la troisièeme ville d’importance en Autriche, et fut un des arrêts d’un Mozart jeune marié, lors d’un voyage en 1783 qu’on pourrait qualifier de lune de miel.
La bru du comte Thun était l’émule de Mozart, et il fut l’invité du comte lors de ce séjour, en 1783. Le comte organisa une académie de concert pour Mozart (i.e., un concert au profit du compositeur). Si on comprend la correspondance entre Mozart et son père, cet événement imprévu prit Mozart de court, et il dut produire une symphonie pour le concert car, en ses propres mots «je n’en ai pas avec moi».
Ô comble de malheur! Dans ses valises, hormis ses bobettes, pas de symphonie…
Il s’en suit que sa symphonie en ut majeur («Linzer») fut composée en quatre jours, et représente fort probablement le summum de la symphonie dite classique.
Le triptyque primé est indicatif du mouvement « instruments de période », avec des effectifs plus modestes, et une lecture beaucoup plus aérée. Il s’agît de prestations signées Trevor Pinnock, un des chefs les plus réputés du courant  «authentique». J’ai fait cette trouvaille récemment, et le site choisi (MP3 Lemon) offre des albums complets (ou presque), donc en boni vous trouverez d’autres symphonies de Mozart dans les liens ici-bas. Furetez le site pour trouver la plupart (sinon l’intégrale) des symphonies de Mozart par maestro Pinnock et l’English Concert.
De retour la semaine prochaine au pied des Alpes pour le prochain volet de notre série.
Bon séjour, et bonne écoute

Musical Links / Liens musicaux
The English Concert, Trevor Pinnock cond./dir.
No. 31 (D major/ré majeur) "Paris", K. 297: (plus: symphonies nos. 24, 25 & 30)
No. 36 (C major/ut majeur) "Linz", K. 425: (plus: symphonies nos. 32, 34 & 35)
No. 38 (D major/ré majeur) "Prague", K. 504: (plus: symphony(nie) no. 39)

Wednesday, July 27, 2011

Poésie et musique

NDLR: La série de billets «Trois mois de rattrapage» a pour but de présenter quelques-uns des montages et sujets abordés sur nos plateformes au cours des mois d’avril, mai et juin 2011. Le billet original en anglais (publié le 28 juin 2011) peut être fureté ici:

Quand on pense «poèmes» en musique, on pense «lieder», ou on pense «chansons». Nos sélections d’aujourd’hui explorent la poésie, les poèmes qui sont la source d’inspiration musicale et des pièces que des compositeurs ont tout bonnement baptisées «poème».

Parmi les pièces choisies, j’ai retenu trois exemples de «poèmes»: celui de Chausson, celui du compositeur américain Charles Griffes et un des nombreux poèmes de Scriabin.
Chez Scriabin, on a l’embarras du choix: poèmes pour piano seul (op. 32, op. 41, op. 44, op. 69), Poeme Tragique, op. 34, Poeme Satanique, op. 36, Poème fantastique, op. 45 no. 2, Prométhée, le poème du feu, op. 60, …

Celui que j’ai choisi est de l’op. 32. La Piano Society propose des sélections de l’op. 32 et 69.

Trois poèmes mis en musique:

  • Un extrait de Faust de Goethe (lieder par Beethoven);
  • “La romance du vin”, d’Emile Nelligan, extrait de l’opéra de Michel Tremblay et André Gagnon. La romance est le point culminant du premier acte de l’péra et, avec le vaisseau d’or, constitue un de deux poèmes de Nelligan adaptés pour l’opéra.
  • D’Edgar Allan Poe, “The Raven” (le corbeau), mis en musique par Alan Parsons et Eric Woolfson fpour un des albums-concept du groupe Alan Parsons Project.

    Finalement, inspiré de la divine comédie de Dante, la fameuse sonate quasi-fantasia de Liszt.
    (Disponible ci-dessous et sur YouTube)

    Ernest CHAUSSON (1855-1899): Poème pour violon et orchestre, Op. 25
    Olivier Charlier violon, Orchestre National de Lorraine sous Jacques Mercier.

    André GAGNON (*1939): “La romance du vin” de l’Acte I de Nelligan, “opéra romantique” (1988-90) - Texte d’Émile Nelligan (1879-1941)
    Chanté par Fabiola, avec accompagnement non-identifié.

    Charles Tomlinson GRIFFES (1884-1920): Poem for Flute and Orchestra (1918)
    Katherine Calvey, flûte. Camerata de Coahuila (Torreon, Mexico) sous Enrique Perez Mesa

    Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827): Aus Goethes Faust (Es war einmal ein König), op. 75, no. 3 - Texte de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832)
    Artistes non-identifiés.

    Alexander SCRIABIN (1872-1915): Poème en fa dièse majeur, Op.32 No.1
    Vladimir Horowitz, piano

    Alan PARSONS (*1948) et Eric WOOLFSON (1945-2009): The Raven (1976) - Texte d’Edgar Allan Poe (1809-1849)
    Interprété par “The Alan Parsons Project”, avec Leonard Whiting et Alan Parsons (soliste, voix modifiée électroniquement)

    Franz LISZT(1811-1886): “Après une Lecture de Dante: Fantasia quasi Sonata”, S 161, no. 7 [“Dante Sonata”]
    Sergey Schepkin, piano

    Bonne écoute!

    Friday, July 22, 2011

    Montage #15 – Séjour musical en France

    This montage is no longer available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / Ce montage n'est plus disponible en baladodiffusion sur Pod-O-Matic. Vous pouvez le retrouver ici: 

    pcast015 Playlist


    Texte français – English text follows
    Pour le deuxième arrêt de notre tournée européenne, nous quittons l’Espagne et visitons la France. Voici votre itinéraire (qui n’est pas nécessairement fidèle à l’ordre de notre montage)
    Bach en français – ou non?
    Le titre «suite française» associé avec les six suites pour clavier de Bach (BWV 812-817) fut assigné vers la fin du XVIIIe siècle, en raison des types de danses choisies par Bach, française par leur nom et leur origine. Il reste que ces danses sont bien adaptées au clavier par Bach, et interprétées «à sa façon» par le pianiste canadien Glenn Gould.
    Vous aimez les comptines?
    Les enfants aiment fredonner des tas de petites chansonnettes! Fernando Sor (à l’instar de Mozart et ses variations sur Ah! Vous dirais-je maman) offre des variations sur Marlbrough s'en va-t-en guerre, interprétées à la guitare par Scott Morris.
    Pourauoi Tarbes?
    La pianiste française Cécile Ousset nous attend à Tarbes, sa ville natale, pour nous offrir une performance du Concerto pour piano de Francis Poulenc. Dans cet enregistrement «essentiel» du concerto (jumelé originalement avec le troisième concerto de Prokofieff) elle est accompagnée par le regretté Rudolf Barshai et l’Orchestre Symphonique de Bournemouth.
    Place à l’Opéra
    Deux extraits d’opéra nous transportent d’Orléans à Paris. Dans le premier extrait, Jeanne d’Arc s’apprête à mener les troupes françaises à la victoire contre les armées anglaises, levant le siège d'Orléans sous la musique de l’opéra La pucelle d’Orléans de Tchaïkovski. Plus tard, on se retrouve au cœur du quartier latin de Paris, au milieu d’une kermesse qui constitue l’essentiel du deuxième acte de La bohème de Puccini, et le mémorable aria de Musetta.
    Versailles et la Reine
    Le palais royal de Versailles est l’objet de notre prochain arrêt, pour l’écoute d’une des six  symphonies parisiennes» de Haydn. Haydn ayant écrit une œuvre auparavant à l’intention de sa mère (l’Impératrice Maria Thérésia), la quatrième de ces six symphonies (en si bémol majeur) est surnommée La reine car elle était la préférée de Marie Antoinette, l’épouse de Louis XVI.

    EN AVANT LA MUSIQUE: Une prestation intégrale de La Reineis fait partie de notre montage du mois de mai 2013 Haydn: Les symphonies Parisiennes (1ère partie)

    Paris et ses inspirations
    Paris a inspiré plus d’un compositeur. À l'instar de Haydn, Puccini et Mozart (la semaine prochaine), l’américain George Gershwin visita la France pour étudier avec les luminaires de l’époque (Ravel, Stravinsky, Prokofiev, Poulenc et Milhaud), et nous offre son poème symphonique Un Américain à Paris, rendu célèbre par la chorégraphie de Gene Kelly dans le film de 1951 du même nom réalisé par Vincente Minnelli.
    Notre visite s’arrête à Paris, en attendant d’être rejoints la semaine procaïne par Mozart…
    Bon séjour, et bonne écoute!


    English Commentary
    I guess I played a trick on you this time, opting for French before English this week… Our summer tour leaves Spain for France. Here’s your travel agent’s itinerary for this week (not necessarily in order of play on the montage).
    French Bach – or is it?
    Bach himself never referred to these suites as “French”  That title was assigned in the late 18th century, and is based on the types of dances Bach employs in these works.  The dances are French in title and origin, which distinguishes them from the dance movements in the so-called “English” Suites or the partitas. A little indulgence, as we listen to Glenn Gould play one of these suites à sa façon.
    What is a comptine?
    In French, a comptine is a nursery rhyme, a little song children sing. Probably most of the cute songs you learned in French class in your French as a Second Language classes involved the likes of Au clair de la lune, Frère Jacques, J’ai du bon tabac, etc. Marlbrough s'en va-t-en guerre ("Marlborough Has Left for the War") is one such kiddie song, and in a bit of an hommage to Mozart (think of his variations on Twinkle Twinkle Little Star), Fernando Sor gives us variations on this French nursery rhyme. Scott Morris is our guitar soloist.
    Where is Tarbes?
    Tarbes is a commune in the Hautes-Pyrénées, in south-western France. And it is the birthplace of French pianist Cécile Ousset, who will be our soloist in Poulenc’s Piano Concerto. In this (in my opinion) definitive performance, she is ably backed-up by Rudolf Barshai and the Bournemouth Symphony Orchestra. The original (vinyl) release included an equally noteworthy performance of Prokofiev’s Third concerto.
    More Opera
    On this tour, we sample two operas set in France: one by Tchaikovsky (The Maid of Orleans) and the other by Puccini (La bohème). In both cases, we chose showstopper arias: Joan of Arc sings Adieu forêts and Musetta teases her past and current lovers with her waltz from the second act.
    The palace at Versailles
    Haydn wrote six so-called Paris symphonies, and the fourth of the set (in B Flat Major) is nicknamed La Reine (The Queen). Years before, Haydn had written a symphony in honour of Empress Maria Theresia, whose daughter (Marie Antoinette) was Queen of France at the time of the Paris set – and she apparently liked the work so much that later the regal nickname was applied to this symphony.

    FAST-FORWARD: A complete performance of La Reineis featured in our May 2013 montage Haydn: The Paris Symphonies (Part 1)

    Paris, the City of Lights
    In addition to Haydn and Puccini, we add another work with a Parisian connection. George Gershwin made his first trip to Paris just after the premiere of the Rhapsody in Blue. Two years later (1926), when he was in England, he took a few days to visit Paris again, and the idea came to him of composing an orchestral work describing his impressions of that city. He even bought some authentic Parisian taxi horns, after deciding to use the real thing rather than attempt an imitation with conventional instruments. Following another London opening in the spring of 1929, Gershwin went to Paris for a longer visit, during which he had stimulating meetings with Ravel, Stravinsky, Prokofiev, Poulenc and Milhaud--and bought more taxi horns. He returned to New York on June 20, completed the piano sketch for An American in Paris. It was made famous by Gene Kelly’s unforgettable choreography in the Vicnente Minnelli 1951 film of the same name.
    Paris is the last stop on our journey, and we will set camp here for the week, as we await the arrival of Mozart who will join us on a three-city tour next week.
    Je crois que vous aimerez cette musique aussi!

    Wednesday, July 20, 2011

    L'invitation à la danse

    NDLR: La série de billets «Trois mois de rattrapage» a pour but de présenter quelques-uns des montages et sujets abordés sur nos plateformes au cours des mois d’avril, mai et juin 2011. Le billet original en anglais (publié le 10 juin 2011) peut être fureté ici:


    Le montage de "rattrapage" de cette semaine est dédié à la danse. Que ce soient des danses folkloriques, des morceaux de danse, ou des extraits d'oeuvres d'envergure, la danse a une place de choix en musique classique.

    Ce montage n'est plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

    pcast009 Playlist (en anglais)

    Le titre de notre montage vient de la première pièce, Aufforderung zum Tanz de Weber. Originalement écrite pour piano solo, cette valse (ou plutôt, ce rondo brillant) a été adapté pour orchestre par Berlioz. Mon choix d'aujourd'hui est une interprétation signée Artur Schnabel. L'oeuvre de Weber relate une rencontre entre deux danseurs, leur valse, et leur retour sur les lignes de côté.

    J'ai choisi des extraits de danses par Grieg (une de ses danses symphoniques), de Debussy (ses danses pour harpe chromatique et orchestre), et du compositeur québécois Claude Champagne.

    Les danses pour piano à quatre mains de Brahms et Dvořák (présentées ici dans leurs versions pour orchestre) sont des examples de danses folkloriques adaptées à la sauce classique. Les deux compositeurs partagèrent un respect mutuel, et ces danses auraient inspiré le compositeur afro-américain Scott Joplin, et sa Rag Time Dance.

    En complément de programme, des danses extraites de ballets et d'opéras, signées Falla, Gliere, Gluck et Richard Strauss.

    J'espère qu'une de vos danses préférées a fait le palmarès d'aujourd'hui... Bonne écoute!

    Monday, July 18, 2011

    La musique classique animée

    NDLR: La série de billets «Trois mois de rattrapage» a pour but de présenter quelques-uns des montages et sujets abordés sur nos plateformes au cours des mois d’avril, mai et juin 2011. Le billet original en anglais (publié le 14 juin 2011) peut être fureté ici:


    Comme beaucoup d'entre vous (j'en suis sûr), ma première exposition à la "grande musique" n'était pas lors d'un concert, mais bien à la télé et (comme beaucoup de vous également) j'ai probablement passé trop de temps devant le petit écran...

    En furetant l'autre jour, j'ai rencontré l'article suivant: "10 Best Uses Of Classical Music In Classic Cartoons" (Dix meilleurs usgaes de musique classique dans les dessins animés)

    L'article m'a ramené è ma jeunesse, les samedi matins passés devant le téléviseur à visionner des heures de dessins animés... L'auteur rappelle des classiques comme l'apprenti-sorcier tel qu'imaginé par Disney dans Fantasia. J'en ai trouvé plusieurs, et les ai ajoutés à ma chaûne YouTube.

    L,adresse de notre émission (playlist):

    Je vous en ai proposé un vendredi dernier (Le lapin de Séville), et je vous en propose quelques autres. Avec chaque exemple, je vous offre un compte-rendu des pièces et une référence à la base de données IMDb, qui vous donnera des détails techniques à propos du dessin animé. Visionnez l'émission sur YouTube pour les voir tous - car certains ne pouvaient pas être intégrés à ce billet pour des raisons de limites de diffusion.

    Avant de commencer, deux mises en garde:
    • Primio, les sélections musicales ne sont pas tout-à-fait intégrales; elles sont adaptées en ce qui a trait à leur durée, l'effet désiré et les forces musicales disponibles.
    • Secondo, il y a des moments de violence caractéristique aux dessins animés, gratuite et exagérée. Rien de grave, compte tenu du contexte.
    Bon visionnement!

    Tom and Jerry in the Hollywood Bowl (1950)
    (Tom et Jerry au Hollywood Bowl)
    IMDb :
    • Franz LISZT: Les préludes, S.97
    • Johann STRAUSS II: Ouverture Die Fledermaus (La chauve-souris) (1874)

    A Corny Concerto (1943)
    (Un concerto de fous)

    • Johann STRAUSS II: G'schichten aus dem Wienerwald (Les récits dse boiéss de Vienne), op. 325
    • Johann STRAUSS II: An der schönen blauen Donau (Le beau Danube bleu), Op. 314

    The Cat Concerto (1947)
    (Le concerto du chat)

    • Franz LISZT: Rhapsodie hongroise en ut dièse mineur S.244, no. 2

    Long-Haired Hare (1949)
    (Le lièevre aux longs cheveux)

    • Gioachino ROSSINI: "Largo al factotum" (Faites place au factotum) de Il barbiere di Siviglia
    • Gaetano DONIZETTI: "Chi mi frena in tal momento" (Qui me retient?), sextet deLucia di Lammermoor (1835)
    • Richard WAGNER: Prélude de l'Acte III de Lohengrin WWV 75
    • Franz von SUPPE: Ouverture Die schöne Galathee (ùLa belle Galathée) (1863)

    Sunday, July 17, 2011

    The Vault / Le coffre-fort

    In an effort to make all of our montages available, and recognizing that our podcast provider has set a hard storage limit, we have been using a third-party file sharing and storage service (FileSonic) to store past montages.
    A typical montage MP3 file is between 70 and 100 MB in size. Since we have a 500 MB limit on our podcast account, we maintain the last five montages active and available through our podcasting service.
    FileSonic provides an ABSOLUTELY FREE AND ANONYMOUS download facility with a very intuitive web interface. If you happen to be a subscriber to the service, you have the advantage of a “fast download” without “nagware”. If you are not a subscriber, you are provided with a “slow download” service, which is usually preceded by a 30-second countdown. In my experience, downloading one of our montage files may take in excess of 5 minutes (depending on server demand, internet bandwidth, etc.)
    I stress that the download service is FREE OF CHARGE, and requires no form of identification (such as supplying an e-mail address, for example). This is a reputable service, and I have NEVER been phished or otherwise negatively affected, nor have I read of anybody who has.
    What to do
    To view all previous montages from our blog, simply use the LABELS/ÉTIQUETTES tool and select “Audio Montage” to bring up all available montage posts. A typical montage has two external files associated to it:
    1 – The montage audio (named pcastXXX.mp3, where XXX is the montage number – say 008 for Part three of the Tchaikovsky festival)
    2 – The detailed playlist (named pcastXXX playlist.pdf, provided to you FREE OF CHARGE as “public domain” through the document service DocStoc)
    There are links to both files in the blog post. Starting from Montage # 9 (Invitation to the Dance), the podcast player and the PDF viewer are embedded within the page, to make things easier on readers.

    If the montage is available from the vault, simply click on the link within the post (or click on the link at the end of this post for the complete vault directory) to bring you to the FileSonic download page. Scroll down to the “Slow download” button (see picture), and you should see a message on the page counting down from 30 seconds. When the countdown is done, the download should begin automatically.
    To listen to the file, simply use your favourite MP3 soft player or MP3-capable digital companion.
    Should you encounter any issues, please leave a comment against this post or e-mail me directly, and we’ll see what we can do to overcome it.
    Happy Listening!

    Texte français
    Afin de fournir tous nos montages audio, et afin de surmonter la limite de mémoire vive imposée par le fournisseur de nos baladodiffusions, nous faisons appel à un tiers qui fournit un service de partage et de stockage en ligne.
    Un fichier typique d’un de nos montages représente entre 70 et 100 Mo. Puisque notre limite pour balladodiffusion est de 500 Mo, nous ne pouvons que maintenir cinq fichiers actifs. Au fur et à mesure qu’un nouveau montage est mis à votre disposition, le fichier le moins récent entre le coffre-fort.
    FilSonic, le service de partage en ligne que j’ai choisi, offre un service GRATUIT ET ANONYME de téléchargement. Pour les abonnés à ce service (comme moi), les téléchargements «haute vitesse» sont offerts sans cérémonie. Pour un usager occasionnel (comme vous, sans doute), un «téléchargement lent» est offert, précédé d’un compte à rebours de 30 secondes (conçu afin de vous inciter à l’abonnement).
    J’insiste que le service est GRATUIT, et ne requiert aucune forme d’identification (e.g. une adresse courriel), donc pas de courriels non-sollicités, de «spam» ou autre séquelles ennuyeuses. Le téléchargement typique prend un peu plus de 5 minutes, tout dépendant de l’achalandage et de la qualité de votre connexion.
    Comment s’y prendre
    Pour commencer, afin d’isoler tous les montages publiés jusqu’à maintenant, il ne suffit que d’utiliser l’outil LABELS/ÉTIQUETTES et de choisir le lien «Audio Montage». Pour chaque billet, j’ai créé deux fichiers:
    1 – le montage audio (nommé pcastXXX.mp3, où XXX est le numéro du montage. Par exemple, 008 pour le troisième volet du Festival Tchaïkovski)
    2 – les détails du montage (nommé pcastXXX playlist.pdf, offert gratuitement par le biais du service DocStoc)
    Pour les billets et montages qui précèdent le15 juillet 2011, le billet en anglais a été mis à jour avec un lien au billet traduit en français si une traduction est disponible.
    Dans le cas des billets en français, et des billets en anglais à partir du montage no. 9 (Invitation to the Dance), le montage original et les détails sont intégrés au billet.
    Si le montage est dans le coffre-fort, il ne suffit que de cliquer sur le lien disponible dans le billet (ou cliquez sur le lien ci-dessous pour le répertoire complet), et vous serez acheminé au site FileSonic. Le site a un texte et interface en français – il ne suffit que d’aller au coin supérieur droit de la page d'accueil, et de choisir le drapeau tricolore (comme illustré).

    Furetez plus bas, et vous trouverez le bouton «TÉLÉCHARGEMENT LENT» (SLOW DOWNLOAD en anglais) comme illustré. Appuyez, et le compte à rebours commencera, suivi du téléchargement. Rien de plus simple.
    Pour écouter le fichier, utilisez tout logiciel audio (ou baladeur numérique) qui consume les MP3.

    Si vous avez des ennuis avec ce service, laissez-moi un commentaire ou faites-moi parvenir un courriel, et voyons ce qu’on peut faire pour surmonter vos difficultés.

    Bonne écoute!

    Liens utiles / Useful Links

    Friday, July 15, 2011

    Montage #14 – Vacaciones musicales en España

    This montage is no longer available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / Ce montage n'est plus disponible en baladodiffusion sur Pod-O-Matic. Vous pouvez le retrouver ici:

    pcast014 Playlist

    Welcome to our first of our series of five “musical holidays”. Last time we were here in Spain on this blog was Mother’s Day, when we explored the “gardens of Spain”. What do we have in store for you this time? Here is your itinerary (not necessarily aligned with the montage order)
    French company Awaits
    Our group will be greeted by Emmanuel Chabrier. We considered some other worthy French companions such as Maurice Ravel, Claude Debussy or Georges Bizet (et j’en passe!). Chabrier will entertain you with his “España rhapsody” as we approach Seville.
    Have a haircut
    While in Seville, one has to stop at Figaro’s hair salon, where Gioacchino Rossini is having a shave (that is, if Elmer Fudd isn’t). If you don’t get the reference, you must go to my TalkClassical Klassical Kartoons post to experience an alternate version of Rossini’s famous opera overture. (You can scroll down to the French commentary to view the video on this page).
    A Spanish state prison, a few miles from Seville
    That is the scene for Beethoven’s only opera, Fidelio. Like most of Beethoven’s major works, Fidelio was a hard nut to crack, and there are two versions of the opera. Beethoven struggled to produce an appropriate overture for Fidelio, and ultimately went through four versions. The "Leonore No. 3" overture is considered by many listeners as the greatest of the four, but as an intensely dramatic, full-scale symphonic movement it had the effect of overwhelming the (rather light) initial scenes of the opera. As a stand-alone piece, it is one of Beethoven’s finest orchestral vignettes.
    La Mancha’s most famous resident
    La Mancha is a natural and historical region located on an arid, fertile, elevated plateau of central Spain, south of Madrid, stretching between the Montes de Toledo and the western spurs of the Serrania de Cuenca. This is the setting for Miguel de Cervantes’ novel El ingenioso hidalgo don Quijote de la Mancha, about the tales of Don Quixote. The Don has been portrayed in music, most famously, by Richard Strauss but also on Broadway by the team of Dale Wasserman, Joe Darion and Mitch Leigh in their musical “Man of La Mancha”. We have chosen a medley commissioned and performed by the Boston Pops under their legendary conductor, Arthur Fiedler.
    Journey to Sagunto
    Sagunto, in Valencia province, is the birthplace of Joaquin Rodrigo, one of Spain’s most well-known composers. Rodrigo is most famous for two concertante pieces for guitar and orchestra, written in the 1930’s and 1950’s: the Concierto de Aranjuez, and my selection, Fantasia para un gentilhombre, performed here by the all-Spanish combination of Narciso Yepes and the Spanish Redo and TV symphony. The fantasia is an adaptation of pieces by the late-renaissance Aragonese composer, Gaspar Sanz.
    Next, Madrid
    Madrid, Spain’s capital is where we meet up with two other foreign composers: Luigi Boccherini and Igor Stravinsky. Stravinsky wrote four orchestral vignettes, one of which “Madrid”, is featured today. As for Italy’s Boccherini, he traveled throughout Spain, France and Italy. Upon his return to Spain, he was struck by one tragedy after another. After this turn of fate his only means of support was the small pieces of music he wrote for the guitarists of Madrid. One of them, his guitar quintet “La Ritada di Madrid”, has its finale movement featured today

    A complete performance by La Magnifica Comunità featuring guitarist Eros Roselli can be found on my YouTube channel. and viewed herewith.


    Russian Fandango
    Our journey to Spain ends with a performance of Capriccio Espagnol by Rimsky-Korsakov. The Russian title is Каприччио на испанские темы (literally, Capriccio on Spanish Themes) and the piece is often lauded for its orchestration, which features a large percussion section and many special techniques and articulations.
    A fitting end to our short visit to Spain.
    Creo que le encantará esta música también.

    Commentaire français
    Pour le premier volet de notre série de balladodiffusions de Séjours musicaux, et notre premier commentaire «bilingue» sur ITYWLTMT, nous ferons escale en Espagne. Voici votre itinéraire (pas nécessairement aligné au montage…)
    Accompagnement… Français
    Pour la première étape de votre séjour, vous serez accompagné par Emmanuel Chabrier. Nous aurions pu faire appel à Ravel, Debussy ou même Bizet, mais comment ne pas succomber au charmes de la rhapsodie de concert “España ”?
    Pour une coiffure à la mode
    Lors de notre passage à Séville, il faut absolument visiter le salon de Figaro, où Rossini passe au rasoir. Il m’est impossible d’écouter l’ouverture du Barbier de Séville sans penser au dessin animé Rabbit of Seville (trad. Lit. «Le lapin de Séville») datant de 1950, qui met en vedette un certain lapin célébrissime et son chasseur souffre-douleur:

    Dans une prison non loin de Séville
    Sous la garde du geôlier Pizarro, Florestan est détenu arbitrairement et son épouse, Léonore, tente désespérément de le libérer. Pour ce faire, elle opte pour la ruse d’un déguisement, et devient le garçon Fidelio. Ceci, en somme, est la ligne directrice de l’unique opéra de Beethoven. Comme c’est son habitude, Beethoven a eu sa part de défis dans la conception de cet opéra, préparant deux versions et quatre ouvertures. Une de ses tentatives («Ouverture Léonore no. 3») est un portrait symphonique de l’action de l’opéra – probablement pas une ouverture adéquate, mais tout de même un chef d’œuvre orchestral, qui est souvent joué comme interlude à mi-chemin lors du deuxième acte.
    Le célébrissime résident de La Mancha
    La Mancha est une région au sud de Madrid, lieu utilisé par Miguel de Cervantès dans son roman El ingenioso hidalgo don Quijote de la Mancha, relatant les exploits de Don Quichotte. Ces exploits, relatés par Richard Strauss dans ses variations dites chevaleresques sont une des adaptations musicales inspirées par l’œuvre de Cervantès. Au début des années 1960, une comédie musicale basée sur les exploits du Don signée Dale Wasserman, Joe Darion et Mitch Leigh a connu un très grand succès. Un pot-pourri des grands moments de la comédie “Man of La Mancha” fut commandée par les Boston Pops et leur chef légendaire,  Arthur Fiedler.
    Prochain arrêt: Sagunto
    Sagunto, en Valence, est le lieu de naissance du compositeur Espagnol Joaquin Rodrigo, qui a composé une paire de pièces célébrissimes pour guitare et orchestre: Concierto de Aranjuez, et mon choix, Fantasia para un gentilhombre. La fantasia adapte la musique du compositeur Gaspar Sanz, et est interprété ici par Narciso Yepes.
    Ensuite, Madrid
    A Madrid, nous rejoignons Igor Stravinsky et Luigi Boccherini. De Stravinsky, une de ses quatre études pour orchestre, et de Boccherini un des nombreux quintettes pour guitare et cordes, composés à l’intention de guitaristes rencontrés durant son séjour prolongé en Espagne. J’ai choisi un extrait de “La Ritada di Madrid”.

    (Une prestation complète par La Magnifica Comunità avec le guitariste Eros Roselli est disponible sur ma chaîne vidéo YouTube, et est présentée dans le commentaire anglais ci-haut.)

    Fandango à la Russe
    Pour mettre fin à notre séjour, une audition du Capriccio Espagnol de Rimski-Korsakov, un autre tour de force orchestral, qui met en valeur des thèmes et couleurs locaux.
    Bonne écoute - ou, plutôt, escuchan bien.