Thursday, July 14, 2011

Un festival Tchaïkovski - Troisième volet


NDLR: La série de billets «Trois mois de rattrapage» a pour but de présenter quelques-uns des montages et sujets abordés sur nos plateformes au cours des mois d’avril, mai et juin 2011. Les billets originaux en anglais (publiés les 17 et 27 mai 2011) peuvent être furetés ici:


http://itywltmt.blogspot.com/2011/05/podcast-8-tchaikovsky-festival-part-3.html
http://itywltmt.blogspot.com/2011/05/guido-cantellis-tchaikovsky-set.html


=============================================================


Pour le dernier volet de notre festival, nous proposons un montage autour de la sixième de Tchaïkovski interprétée par Evgenii Mravinski et la Philharmonique de Leningrad.

Une ligne de temps s'appliquant à notre montage:




À propors du montage


Roméo et Jul;iette, l'une des œuvres les plus populaires du compositeur, fut une dure labeur, prenant près de dix ans de gestation, de la commande fairte par Balakirev, jusqu'à la version finale.

Le moindre qu'on puisse dire, c'est que la dernière symphonie de Tchaïkovski est une énigme saupoudrée de mystère.

Comme le suggère notre ligne de temps, cette symphonie fut composée cinq ans après la cinquième, et tout de suite après la tentative de symphonie de 1892. Composée entre février et août 1893, elle fut créée sous la direction du compositeur en octobre, moins de dix jours avant son décès.

En comparaison avec la quatrième et cinquième, cette œuvre n'a pas de thème unificateur, mais elle "cache" un programme, que Tchaïkovski n'a jamais partagé avec quiconque. Récemment, sur le forum Talk Classical, un mélomane a commencé un fil sur un programme imaginaire - peut-être en préconisez-vous un digne de partage?



Le sous-titre de la symphonie vient du russe, “Patetičeskaja”, qui entend "passion" ou "émotion" et non "pitié". Tchaïkovski aurait préféré l'appeler “Programmnaja” ou "symphonie à programme" mais a préféré s'abstenir afin de détourner l'attention générée 
par le secret du programme.

La symphonie suit le format traditionnel des quatre mouvements, avec un mouvement initial plein de noirceur, et un sens maléfique. Après un adagio central, le mouvement prend un virage soudain évoquant le chaos et de désespoir.

Les mouvements mitoyens ont également leur particularité: une valse au métrage inusité 5/4, suivi d'une marche fougueuse et exaltante. Le finale reprend la thématique nuageuse et triste du premier mouvement, s'éteignant sans fanfare.

À propos du montage

Contenu: Roméo et Juliette, sixième symphonie (la «pathétique»).
En complément de programme : musique inspirée par Roméo et Juliette (Berlioz, Prokofieff, Gounod)



Ce montage n'est plus disponible sur Pod-O-Matic. Il peut être entendu ou téléchargé à l'adresse ci-dessous:

pcast008 Playlist (Détails en anglais)


Le Triptyque Tchaïkovski de Guido Cantelli

J'espère que le choix de la prestation Mravinski/Leningrad vous a plu. Toutefois, je voulais partager la vision d'un chef différent, afin de vous offrir un point de comparaison.


Le chef italien Guido Cantelli (1920-1956), était et le plus jeune des chefs nés entre 1908 et 1920, un entourage qui compte des noms prestigieux comme Herbert von Karajan, Georg Solti, Erich Leinsdorf, Carlo Maria Giulini, et Leonard Bernstein. Une biographie (en anglais) est disponible ici.

La carrière brève mais mémorable du maestro Cantelli prit un sérieux virage en 1949 lorsqu'il fut choisi par Arturo Toscanini comme son dauphin à la barre de l'orchestre symphonique de la NBC (avec lequel Toscanini fut associé depuis 1939). Le chef octogénaire confia à Cantelli la responsabilité de monter un bon nombre de programmes à New York avec la NBC, et Cantelli fut vite la coqueluche des médias, remarquant son apparence digne de Sinatra et sa poigne infernale comparable au grand Toscanini.

En plus de son association avec la NBC, Cantelli fut chef invité de la Philharmonique de New-York, ainsi que des grands orchestres et théâtres d'Europe. Pressenti comme remplaçant de Mitropoulos à New-York, et nouvellement nommé à la barre de La Scala en 1956, il connut une fin tragique à bord d'un avion une semaine après l'annonce de son nouveau poste è Milan.

Parmi les rares documents sonores disponibles signés Cantelli, on trouve son triptyque des trois dernières symphonies de Tchaïkovski, avec la NBC, tels que croqués sur le vif au Carnegie Hall lors de radiodiffusions.
 - les 12 pistes ci-dessous)


Bonne écoute!