Monday, September 30, 2013

ITYWLTMT Programming(mation) - September(bre) 2013

NOTE: This information was originally posted on our "What's New" Page. We are transitioning to a new Program announcement format starting in October 2013 / Le message en françâis suit



What's on for September?

It’s labour day in North America on September 2nd, a tell-tale sign that Summer  and Vacation days are behind us and a new grinding year of work and school begins.

We here at ITYWLTMT have decided to offer a little diversion that we will call ”S” for “September”, a collection of podcasts that have in common the letter “S”.
.

The Tuesday Blog will contribute three more posts in our Special Series

"Once or Twice a Fortnight" on OperaLively


NOTE: Since OTF posts do not get published on set dates, make sure to visit OperaLively regularly or …

Ssubscribe to our ITYWLTMT Fan Page on Facebook


All of our Tuesday, Friday and ad-hoc posts, as well as OTF, l'opéra du moisQuinze que j’en pense and YouTube Channel updates get regularly mentioned (with links) on our Fan Page. If you are a user of Facebook, simply subscribe to get notified so you never miss anything we do!

================================================================
Texte français

NB: L'information suivante fut jadis sur notre page "Quoi de Neuf". Notre format d'avis de programmation changera à compter d'octobre 2013.


À surveiller en septembre

Le premier lundi de septembre en Amérique de Nord est la fête du travail, et marque la fin de la saison des vacanbces et le retour au boluot ou à nos livres d’école.

Pour aider à fauire la transition, un bloc de montages que j’appellerai “S” pour “Septembre”, des montages qui mettent en évidence la lettre “S”.
.
Mardi en musique

Mardi wen Musique joue le jeu des “S” sauf pour le premier billet de la série…

Quinze que j’en pense sur MQCD Musique Classique

De retour après une relâche estivale, Quinze que j’en pense propose des billets le 15 et le 30 de chaque mois sur le forum MQCD Musique Classique.

A compter de septembre, le billet du « 15 » sera notre Sélection Souvenir du mois (le pendant français de ce que je fais le premier mardi du mois sur TalkClassical). Ce mois-ci, un montage datat d’octoibre 2012 qui propose Stravinski qui dirige Stravinski. Notre autre billet ce mois-ci jette un regard sur la musique de Scriabine.

Ne manquez pas aussi la playlist du mois sur MQCD Musique Classique, un ensemble de travsferts vinyl. Cliquez ici pour celle sde septembre.
    Abonnez-vous à notre "Fan Page" ITYWLTMT sur Facebook

    Pour ceux qui ne veulent rien manquer…

    Tous nos billets du mardi et du vendredi, ainsi que nos interventions sur TalkClassical (Pierre’s Tuesday Blog), OperaLively (Once or Twice a Fortnight) en anglais Quinze que j’en pense en français et les nouveautés sur notre chaîne YouTube sont également présentées sous forme d’hyperliens sur notre «Fan Page» Si vous êtes assidus de Facebook, il ne suffit que de s’abonner pour que nos notifications se retrouvent dans votre pigeonnier!


    Friday, September 27, 2013

    Montage # 124 – Sheherazade



    As of October 18, 2013, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 18 octobre 2013, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

    https://archive.org/details/Pcast124


    pcast124- Playlist

    ===================================================================== English Commentary – le commentaire français suit

    Today’s podcast explores three works, who share a common story line – the Persian and Arabian legend of the Thousand and one nights, and in particular the Persian Queen that narrates the many stories, Scheherazade.

    The story goes that every day Shahryar (The King in Persian) would marry a new virgin, and every day he would send yesterday's wife to be beheaded. He had killed 1,000 such women by the time he was introduced to Scheherazade, the vizier's daughter.

    According to English geographer and translator Sir Richard Burton, Scheherazade was described in this way:

    "[Scheherazade] had perused the books, annals and legends of preceding Kings, and the stories, examples and instances of bygone men and things; indeed it was said that she had collected a thousand books of histories relating to antique races and departed rulers. She had perused the works of the poets and knew them by heart; she had studied philosophy and the sciences, arts and accomplishments; and she was pleasant and polite, wise and witty, well read and well bred."

    Against her father's wishes, Scheherazade volunteered to spend one night with the King. Once in the King's chambers, Scheherazade asked if she might bid one last farewell to her beloved sister, Dinazade, and began telling her a story. The King lay awake and listened with awe as Scheherazade told her first story. The night passed by, and Scheherazade stopped in the middle of the story. The King asked her to finish, but Scheherazade said there was not time, as dawn was breaking. So, the King spared her life for one day to finish the story the next night. So the next night, Scheherazade finished the story, and then began a second, even more exciting tale which she again stopped halfway through, at dawn. So the King again spared her life for one day to finish the second story. And so on…

    The King kept Scheherazade alive day by day, as he eagerly anticipated the finishing of last night's story. At the end of 1,001 nights, and 1,000 stories, Scheherazade told the King that she had no more tales to tell him. During these 1,001 nights, the King had fallen in love with Scheherazade, and had three sons with her. So, having been made a wiser and kinder man by Scheherazade and her tales, he spared her life, and made her his Queen.

    Scheherazade and the stories from the Thousand and one nights have been a source of inspiration of many musical works, including operas by Weber and Cherubini, and an Aladdin Suite by Carl Nielsen.




    The three works I chose capture different aspects of Scheherazade – Ravel’s early overure (ouverture de féérie or fairy tale overture) captures the magic and “fairy dust” we freely associate with story telling and great fantasies. The song cycle that Ravel worte 15 years later, however, presents Scheherazade under a different light – exotic, mysterious and enchanting.

    The more famous suite by Rimsky-Korsakov is more aligned with the story-teller. The leitmotiv that represents Scheherazade (heard played by solo violin) morphs as stories of Sinbad the Sailor and the Story of the First Kalendar get rendered by the orchestra. The culminating movement, depict a feast day in Baghdad and Sinbad's ship (6th voyage) is depicted as rushing rapidly toward cliffs and only the fortuitous discovery of the cavernous stream allows him to escape and make the passage to Serindib.


    I think you will love this music too.

    =====================================================================
    Commentaire français

    Pour mettr fin à notre série « S » por « septembre », je vous propose trois œuvres qui s’inspirent des Mille et une nuits, et de la narratrice au centre de cette légende du Moyen-Orient, Schéhérazade.

    Le roi de Perse, Shahryar, fait exécuter sa femme pour cause d'adultère. Prétendant que toutes les femmes sont perfides, il décide d'épouser chaque jour une vierge qu'il fait exécuter au matin de la nuit de noces pour se venger. Shéhérazade, fille aînée du grand vizir, se porte alors volontaire pour faire cesser le massacre, et met au point un stratagème.

    Après son mariage, le soir venu, elle raconte une histoire palpitante au sultan sans la terminer. Son époux veut alors tellement connaître la suite qu'il lui laisse la vie sauve pour une journée de plus. Ce stratagème dura pendant mille et une nuits au bout desquelles le sultan abandonne sa résolution et décide de garder Shéhérazade auprès de lui pour toujours.

    Les récits et les personnages qui forment les Mille et une Nuits font l’objet d’un grand nombre d’œuvres, que ce soient des pièces de théâtre, des films ou même des opéras et des œuvres de concert. On n’a qu’à penser, par exemple Aladdin de Nielsen. ou au Caliphe de Baghdad de Boildieu, Mais les trois sélections du montage d’aujourd’hui sont sans doute les plus connues – ou, diu moins, deux des trois.




    Maurice Ravel composera deux pièces inspirées par la célèbre narratrice. Son ouverture de féérie, tôt en carrière, explore l’aspect magique et fantastique du mythe de Schéhérazade. Ses trois chansons, composées une quinzaine d’années plus tard, offrent un pointt de vue différent, esxploranty l’aspect exotique, lointain etpar moments fatidique de la légende.

    La longue suite symphonique de Rimski-Korsakov aborde le sujet sans prétention. Le leitmotiv introduit par le violon-solo représente la narratrice, et chaque mouvement l’un des mille et uns récits, s’attardant particulièrement aux aventures du marin Sinbad, et de son périple dans des mers dangereuses qui occupe le mouvement final.


    Bonne écoute!



    Tuesday, September 24, 2013

    La Chronique du disque (septembre 2013)


    NDLR: Si vous cherchez plus de détails à propos de mon barème d’évaluation pour la Qualité Sonore et l’Impression Globaleveuillez lire quelques unes de mes chroniques précédentes 

    Mes acquisitions pour septembre

    Mendelssohn / Schubert
    [eMusic]

    Il y a quelques semaines, j'ai proposé un montage mettant en vedette Leopold Stokowski, et je crois qu'il est de bonne guerre de considérer un disque de son rival radiophonique, Arturo Toscanini. Ce disque est un retapage numérique de prestations radiophoniques de deux chefs d'oeuvre romantiques des débuts du XIX e siécke: la symphonie Italienne de Mendelssohn  et la symphonie inachevée de Schubert. Clairement, il y a une divergence de style entre Stokowski et Toscanini, ce dernier s'en tenant scrupuleusement aux indications du compositeur. Ceci ne veut pas suggérer que Toscanini n'est pas un grand interprète, et que sa conception est vide de sens. Ce qu'on doit retenir surtout - et la technologie radiophonique de l'ère n'aide pas ici - c'est le jeu de l'orchestre et de ses premiers pupitres. Le retapage aide à rehausser tant bien que mal le jeu inspiré de l'orchestre. Un document valable, même si Toscanini ne fait aucune reprise (sans doute afin de respecter le cadre radiophonique).  QS= B, IG= A-.



    Menotti, G.C.: Violin Concerto in A Minor / Honegger, A.: Symphony No. 2, "Symphonie Pour Cordes" (Munch) (1955)
    [eMusic]

    Charles Munch (avec Paul Paray à Detroit et Désiré Defauw à Chicago) représente ce qu'on pourrait appeler l'invasion française parmi les orchestres Américains après la Deuxième Guerre Mondiale. Munch - un chef bien établi en Europe - remplacera Koussevitski à Boston, et y enregistrera un bon nombre des grandes pages du répertoire fFrançais. C'est dans ce sens qu'on apprécie cet enregistrement de la symphonie pour cordes d'Honnegger sur cet album de la série de "vieilles cires" NAXOS Classical Archives. L'autre oeuvre majeure est une rareté: une oeuvre de concert du compositeur Italio-Américain Gian Carlo Menotti, surtout reconnu pour sa contribution dans le monde de l'opéra. Menotti reçut sans doute cette commande suite à ses noimbreux succès sur la scène durant les années 50. La comparaison avec le concerto pour violon du "partenaire de vie" de Menotti, Samuel Barber, est inévitable et celui de Barber l'emporte haut la main. Le mérite du concerto de Menotti est de parvenir à transposer la formule "gagnante" néo-classique de ses opéras dans la salle de concert et ceci en fait donc une oeuvre qui mérite d'être écoutée.  QS= A-, IG= A-



    Sergei Prokofiev: Romeo and Juliet - 10 Pieces for Piano Op. 75, Piano Sonatas No. 2 & 3
    [eMusic]

    Lorsqu'on a une vache à lait, il faut bien la traire! Un de ces ruminants pour Prokofiev est son ballet Roméo et Juliette, qui fut la source d'au moins trois suites d'extraits pour orchestre, et cet ensembble de dix extraits pour piano seul. Prokofiev ne propose pas de ré-examiner sa musique ici, il se contente de l'adapter pour piano, point à la ligne. Sous les doigts de grands pianistes de la tradition Russe (Gilels, Richter ou même Prokofiev lui-même), l'op. 75 a un certain relief, mais sous les doigts d'une quelconque pianiste Russe, il ne faut pas s'attendre à performance mémorable. Mme Traikova tire quand même le maximum de ces dix vignettes, et encore plus des deux courtes sonates, plus pianistiques. Un bon disque de musique Russe du XXe siècleQS= A, IG= A-.



    Salieri: Concertos
    [eMusic]

    “S” pour “septembre" serait incomplet sans une paire de sélections dignes de cette consonne. Le mythe, perpétué par Peter Schaeffer, veut qu'Antonio Salieri soit l'enemi juré de (et inférieur à) Mozart. La réalité est sans doute que les deux compositeurs étaient des rivaux, mais que Salieri n'était pas un poids-plume, et ce disque de concertos du transfuge Italien en fait bien la preuve. On reconnaît ici un sens raffiné de l'orchestre, qui informa sans doute ses nombreux protégés - dont Schubert. Une belle découverte! QS= A, IG= A.



    Serenade For Strings
    [eMusic]

    Comme le Toiscanii de toute à l'heure, je vous propose un autre disque de prestations radiophoniques, cette fois de l'orchestre de la radio Suédoise à Stokholm. Si j'ai les mêmes réserves techniques qu'avec le Toscanini, le répertoire sort un peu des sentier battus. La sérénade de Dag Wiren fut intégrée à un   irécent montage, et la suite Pastorale du Suédois Larsson est toute aussi intéressante. Plus prononcé que pour le Toiscanini, le son "vieille radio à lampes" donne un cachet très rétro à ce disque - il ne manque que les houppements et l'odeur d'ozone! QS= B+, IG= A-.


    Friday, September 20, 2013

    Montage # 123 – Schumann & Schumann



    As of October 11, 2013, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 11 octobre 2013, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

    https://archive.org/details/Pcast123


    pcast123- Playlist

    ===================================================================== English Commentary – le commentaire français suit

    Almost 30 years ago, I remember sitting at a wedding reception. The groom, a fellow student, was sitting at the head table next to his proud bride, and her father stood up to deliver a toast. In doing so, he listed her achievements: virtuoso trombonist, expert scuba diver, summer internship as a marine biologist, and now newly admitted to medical school. I turned to a buddy and said “Good God, he’s marrying Indiana Jones!”

    Sometimes, it’s hard to say who married “up”, the bride or the groom. According to piano teacher Friederich Wieck, it would be safe to assume he thought his pupil Robert Schumann married “up” when he wed his daughter Clara in 1840. Three years earlier, he had refused. ridiculing his daughter's wish to "throw herself away on a penniless composer."

    Schumann, we learn, was quite the learned fellow, adding study of the law and penning essays to his long list of achievements. Aspiring to a concert pianist career, he worked with Wleck on his technique, later injuring a hand making that dream impossible. His bride, however, was an accomplished pianist, and for over 60 years established herself as one of the finest pianists of the Romantic era.

    Clara Schumann’s mother was a fine singer, and had divorced her father when she was five. After the split, she stayed with her father who endeavored to see to it she became an accomplished musician, adding composition and harmony lessons to the piano regimen. Miss Wleck, who met Mendelssohn and other contemporary stars of the period during her early life, saw him and his Gewandhaus orchestra conduct the premiere of her piano concerto at age 17. We read that she consulted with her then-beau when it came to this major composition, but likely orchestrated the whole thing herself. The collaboration between the two throughout their time together includes the many times she premiered and championed his piano works – including his piano concerto (notably, both are in A minor).

    Clara Schumann, on top of raising eight children and maintaining a concert pianist career, managed to compose throughout her life: mostly piano and lieder, but there are some chamber works as well. It is hard to compare her works to her husband’s – though I did program two sets of three romances one set by each for you to do so.

    In addition to the three romances, I added Robert’s mammoth Symphonic Etudes, really a set of virtuoso variations for piano. He wrote two versions – the original version (sometimes numbered 13a) is the one I retained from a live performance by Canadian pianist Robert Silverman.

    From Mrs. Schumann, adding to her set of romances, I added her four pieces fugitives, a thinking pianists view of escapist music. To complete the set, a work the couple maybe performed together in private, his six impromptus for piano four-hands Bilder aus Osten (Oriental Pictures).


    I think you will love this music too.


    =====================================================================
    Commentaire français

    Parfois on est en droit de se demander, lorsqu'un couple choisit de s'unir, qui se trouve à bénificier de la situation? Si on croit le professeur de musique Friederich Wieck, il faudrait croire que son élève Robert Schumann s'est mieux tiré de la situation que sa fille Clara - Wleck s'opposera à leur union pendant plus de trois ans, suggérant à sa fille qu'elle perdrait son temps à épouser un compositeur voué à une pauvreté certaine!

    Il faut toutefois comprendre les circonstances - M. Wleck et la mère de sa fille divorcent lorsqu'elle a cinq ans, et il veille à la formation musicale de sa fille qui deviendra une pianiste émérite, et lui sert de femme de ménage, de gérante d'office en plus d'amener des cachets attrayants!

    Clara Schumann et son mari auront huit enfants, mais ceci n'empêchera pas Mme. Schumann de continuer de faire carrière comme pianiste (elle le fera, longtemps après le décès de son mari, sur une période de 60 ans!), et sera d'une influence certaine sur leur jeune protégé Johannes Brahms (qui, spécule-t-on, aurait entretenu une liaison amoureuse avec elle une fois veuve en dépit d'être son cadet par plus d'une décennie).

    Ajoutons à une carrière chevronnée un talent certain de compositeur. La formation paternelle de Mme Schumann inclut l'harmonie et la composition, et c'est Félix Mendelssohn qui dirigera à Leipzig la création de son concerto pour piano (avec Clara comme soliste). Son oeuvre musicale est surtout faite de chansons et de pièces pour piano seul, mais compte aussi quelques pièces de musique de chambre.

    J'ai choisi de vouis offrir de comparer trois romances pour piano seul de M. et Mme Schumann. Qu'en pemnsez-vous?

    De M. Schuimann, j'ai également retenu ses études symphoniques (dans leur premire version) et une suite de pièces pour piano quatre mains (ses portraits d'Orient) - peut-être que M. et Mme Schuimann les ont jouées en tandem en récital privé...

    Les quatre pièces fugitives de Mme Schumann complètent le montage.

    Bonne écoute!



    Tuesday, September 17, 2013

    "S" pour... les Sonates de Scarlatti

    In English: http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/1272-s-scarlatti-sonatas.html

    Jadis sur Internet contibue notre série "S" pour "septembre" avec une superbe sélection de sonates par Scarlatti. Domenico Scarlatti est le brillant claviériste du XVIIIe siècle dont l'oeuvre pour claveci a largement influencé les clacissistes (Mozart et Haydn ainisi que le Padre Soler) et les géants du romantisme (Beethoven et Schubert). Ses sonates sont plus près de la forme de l'étude développée par Chopin que du Hammerklavier de Beethoven, mais leur apport à la musique pour clavier est évidente.

    Notre artiste primé aujourd'hui, Ralph Kirkpatrick (1911 – 1984), est un éminent claveciniste et musicologue Américain, qui est l'un des luminaitres de la première heure du mouvement d'authenticité en musique baroque, et l'autorité en ce qui concerne l'oeuvre de Scarlatti.

    Après des études à l'Université Harvard de Boston, Kirkpatrick ira étudier à Paris avec Nadia Boulanger et la grande Wanda Landowska, ainsi qu'avec d'autres imminents musiciens en Europe. Il fera même un stage comme résident au Mozarteum de Salzbourg (1933 - 34). Une bourse d'études Guggenheim lui permettra d'approfondir ses recherces de manuscrits baroques partout en Europe.

    C'est durant cette période que Kirkpatrick entamera ses recherches sur l'oeuvre de Scarlatti, parvenant même à retrouver des artéfacts autographes de la part de membres de sa famille encore en Espagne. Le point culminant de 12 années de recherches, son anthologie de l'oeuvre de Scarlatti (ainsi que son édition critique de 60 de ses sonates) furent publiées en 1953 - il signera son intégrale sur disque pour la maison Columbia l'année suivante.

    La numérotation de l'oeuvre de Scarlatti (le catalogue de numéros Kirkpatrick, KK. ou tout simplement K.) est la notation prévilégiée aujourd'hui, et ce même s'il existe d'autres antologies (celle de Luongo, ou L. étant encore fort usitée).

    La playlist d'aujourd'hui, faite de plages téléchargées du site vétuste Public Domain Classic) propose uen séection de cette intégrale, rééditée maintes fois au cours des derniers 60 ans.

    Averertissement: Quelque soit votre amour pour le clavecin, ou pour Scarlatti, deux heures de ce genre de choses peut être un peu excessif... Je vous suggère d'étaler l'audition sur plusieurs séances, histoire de pleinement savourer ce document historique!

    Bonne écoute (avec modération)!



    PLAYLIST

    Domenico SCARLATTI (1685 - 1757)

    Sonates pour clavecin (Ed: Kirkpatrick, R., Scarlatti, Domenico. Sixty Sonatas, G. Schirmer, 1953) - sélections

    • No. 1 (K. 3, Longo 378) (la mineur)
    • No. 2 (K. 7, Longo 379) (la mineur)
    • No. 3 (K. 16, Longo 397) (si bémol majeur)
    • No. 4 (K. 18, Longo 416) (ré mineur)
    • No. 5 (K. 28, Longo 373) (mi majeur)
    • No. 6 (K. 29, Longo 461) (ré majeur)
    • No. 8 (K. 46, Longo 25) (mi majeur)
    • No. 9 (K. 54, Longo 241) (la mineur)
    • No. 10 (K. 57, Longo S. 38) (si bémol majeur)
    • No. 11 (K. 84, Longo 10) (ut mineur)
    • No. 12 (K. 52, Longo 267) (ré mineur)
    • No. 13 (K. 96, Longo 465) (ré majeur)
    • No. 14 (K. 105, Longo 204) (sol majeur)
    • No. 15 (K. 115, Longo 407) & No. 16 (K. 116, Longo 452) (ut mineur)
    • No. 17 (K. 119, Longo 415) & No. 18 (K. 120, Longo 215) (ré mineur)
    • No. 23 (K. 208, Longo 238) & No. 24 (K. 209, Longo 428) (la majeur)
    • No. 25 (K. 215, Longo 323) & No. 26 (K. 216, Longo 273) (mi majeur)
    • No. 27 (K. 238, Longo 27) & No. 28 (K. 239, Longo 281) (fa mineur)
    • No. 29 (K. 259, Longo 103) & No. 30 (K. 260, Longo 124) (sol majeur)
    • No. 31 (K. 263, Longo 321) (mi mineur) & No. 32 (K. 264, Longo 466) (mi majeur)
    • No. 33 (K. 308, Longo 359) & No. 34 (K. 309, Longo 454) (ut majeur)
    • No. 39 (K. 402, Longo 427) (mi mineur) & No. 40 (K. 403, Longo 470) (mi majeur)
    • No. 41 (K. 420, Longo S. 2)  & No. 42 (K. 421, Longo 252) (ut majeur)
    • No. 43 (K. 426, Longo 128) (ut mineur) & No. 44 (K. 427, Longo 286) (ut majeur)
    • No. 45 (K. 460, Longo 324) & No. 46 (K. 461, Longo 8) (ut majeur)
    • No. 47 (K. 470, Longo 304) & No. 48 (K. 471, Longo 82) (sol majeur)
    • No. 49 (K. 490, Longo 206) & No. 50 (K. 491, Longo 164) & No. 51 (K. 492, Longo 14) (ré majeur)
    • No. 52 (K. 493, Longo S. 24) & No. 53 (K. 494, Longo 287) (sol majeur)
    • No. 55 (K. 516, Longo S. 12) & No. 56 (K. 517, Longo 266) (ré mineur)
    • No. 59 (K. 544, Longo 497) (si bémol majeur)

    Ralph Kirkpatrick, clavecin
    (Enregistrement - 1954)
    Téléchargement depuis Public Domain Classic, 12 March 2011

    A propos du disque: http://www.discogs.com/Scarlatti-Ral...elease/303058
    8




    Friday, September 13, 2013

    Montage # 122 - Leopold Stokowski



    As of October 8, 2013, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 8 octobre 2013, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

     https://archive.org/details/Pcast122


    pcast122- Playlist

    ===================================================================== English Commentary – le commentaire français suit

    As music lovers, we share things in common, and we have things that make us unique. It is all about taste, that intangible, highly personal concept that means that we may like something that somebody else doesn't quite like as much.

    Taste, like religion, politics and our affinity for certain sports teams, is something we accept as something that cannot be debated – not unless we want to get into passionate and sometimes quite irrational debates. The only time I ever hit my brother in anger was while watching a hockey game on a Saturday night, cheering for opposing teams. No, there is no discussion (or debating) taste.

    Funny thing too about taste is that (like the other afore-mentioned taboo subjects) it’s something we often inherit. How many times have we heard, “My Dad was a Republican, and I’m a Republican too”?

    Where am I going with this? Well, it’s about age-old existential questions like “Who plays Chopin better: Horowitz or Rubinstein?”.  No clear-cut answer here… Sometimes one, sometimes the other. Depends.

    I would argue, however, that comparing Horowitz to Rubinstein isn’t quite like comparing, say, Horowitz and Rubinstein to Glenn Gould and Arturo Benedetti Michelangeli. The difference between phenomenal keyboard virtuosi and true interpreters, true music originals who sometimes colour outside the lines.

    The aforementioned Gould, as a radio producer and commentator, dedicated a radio program to Leopold Stokowski (which we shared on a Tuesday Blog last year). In his opening remarks, he placed a similar existential question, pinning “Toscanini aficionados” against “Stokowski devotees”. In this reenactment of one of the many Toscanini soirees, the great Italian conductor did not hide his opinion of Stokowski:



    Why is Stokowski such a polarizing figure? My answer to that is, simply, that he’s a thinking musician and an interpreter and less of a stone-cold, stick-to-what’s-on-the -page, kind of conductor.  A showman? Very much so but certainly no less a musician.

    As a conductor, and the man who probably re-invented the concert-going experience for North-American audiences in the first quarter of the 20th century, Stokowski was a man of many passions: avant-garde and contemporary music (he personally conducted dozens of world premieres of works that are today well enshrined into the concert repertoire), baroque music (trained as an organist, Stokowski seems to have a great fondness for baroque music, though the sound is dated when viewed through the HIP prism) and concert showpieces (his many transcriptions of works of the Baroque and Romantic composers, which he programmed for his great Philadelphia Orchestra and for himself to play with the greatest ensembles in the world).

    Today’s montage, a drop in the bucket when it comes to Stokowski’s vast discography,  touches on all of these passions, beginning with the baroque. His late career recording of Vivaldi’s Four Seasons with the New Philharmonia (an early addition to the London/Decca Phase 4 Stereo franchise) shows Stokowski conducting, interpreting, works for which he has an obvious fondness. In spite of the overbearing scale of the orchestra and it being as far removed from historically-informed as could be imagined, you will appreciate the care that Stokowski takes to isolate the harpsichord continuo section from the slow movement of the Autumn concerto. This is truly divine!

    I found the complete Four Seasons recording off YouTube, and embedded it to the French commentary below.

    Stokowski was celebrated as a transcriber of music originally written in other forms. His catalogue includes about 200 orchestral arrangements, nearly 40 of which are transcriptions of the works of J. S. Bach. During the 1920s and '30s, Stokowski arranged many of Bach's keyboard and instrumental works, as well as songs and cantata movements, for very large forces as well as just for strings alone.

    Because we will get to Bach transcriptions next month (tease!), I chose a 1949 transcription of Henry Purcell’s music. Here it is, performed for BBC television, under Stokowski himself:



    The montage presents a more recent recording on Chandos, part of a revisit of the Stokowski transcriptions by conductor (and former Stokowsk asistant) Matthia Baemert. Another conductor and former assistant of Stokowski’s, José Serebrier, did a similar revisit for the NAXOS label.

    Among some other notable transcriptions, there is his attempt at orchestrating Mussorgsky’s Pictures at an Exhibition (discussed in a past Tuesday Blog), and a few “symphonic syntheses” of the operas of Richard Wagner. One of these, from Tristan und Isolde, is part of today’s montage, as conducted by Stokowski in a modern recording with the orchestra he led in the ‘20s and ‘30s, the Philadelphia Orchestra.

    On the modern music front, I chose his excellent recording of Nielsen’s second symphony, working here with the Danish National Radio Orchestra. Maybe it’s just me, but I find that the applause at the end of the performance is somewhat subdued, and I wonder why… I think that Stokowski is his own man, and approaches all music through his own vision. Maybe that put back the Danish audience, used to a different approach of music from their national composer. I think the recording and the interpretation are fantastic!

    I think you will love this music too.

    =====================================================================
    Commentaire français

    Cette semaine «S» est pour «septembre» et pour «Stokowski», comme dans Leopold Stokowski, le chef d’orchestre légendaire qui œuvra sur des podiums pendant près de 70 ans.

    Le nom Stokowski évoque un bon nombre de choses : un musicien « intelligent », un interprète sans égal, et une personnalité qui est caricaturée si habilement par les créateurs du petit dessin animé suivant:



    Comme je le suggère dans mon commentaire anglais ci-haut, il y a un débat de fond chez les mélomanes lorsqu’on discute de Stokowski versus, disons, ses contemporains comme chef d’orchestre, Toscanini venant immédiatement à l’esprit. Si un est considéré comme un chef scrupuleux, adhérant strictement à la page telle que conférée par le compositeur, l’autre se veut un interprète, quelqu’un qui cherche à exploiter son instrument (l’orchestre dans ce cas-ci) dans toutes ses formes afin de réaliser une vision éduquée (parfois très personnelle) de la même partition. Toscanini n’était pas toujours d’accord avec le modèle de son confrère, allant même jusqu’à critiquer ses capacités de chef! Ironiquement, lors d’un conflit avec son employeur de la NBC, Toscanini fut absent du podium de «son» orchestre pendant une saison, et devinez qui fut son remplaçant…

    La discographie Stokowski est massive (allant d’enregistrements du début de l’ère du microphone jusqu’au stéréo) égalé seulement par son vaste répertoire. Le montage d’aujourd’hui propose Stokowski comme chef et comme orchestrateur, dans des pièces allant du baroque à la musique du XXe siècle.
    La formation musicale de Stokowski (né et formé en Angleterre) furt principalement comme organiste, et il s’en suit donc son grand respect pour la tradition baroque – et surtout la musique de Jean-Sébastien Bach.  Car nous discuterons de Bach et de transcriptions le mois prochain, j’ai plutôt choisi un enregistrement de Stokowski datant de 1966 pour la maison London/Decca des Quatre Saisons de Vivaldi. Cet enregistrement qui précède la vague de «musique authentique» suit donc la tradition établie de ces concerti avec des orchestres à grandes proportions. J’aime particulièrement cet enregistrement de l’Automne, qui surprend par son aspect intime. Notez le jeu du claveci dans le mouvement lent, qui se veut un deuxième instrument concertant, une dimension clairement influencée par l’approche Stokowski. Voici, d’ailleurs, l’intégrale des quatre saisons provenant du même enregistrement:



    Comme orchestrateur, Stokowski signera un grand nombre d’arrangements pour son propre usage (et, à l’origine, pour son orchestre de Philadelphie). Ses transcriptions de Bach sont célèbres (qui peut oublier la Toccate et fugue en ré mineur qui ouvre le Fantasia de Disney?), mais il se risquera avec des transcriptions de Vivaldi et du maître baroque Anglais Purcell, mon choix pour le montage. Deux de ses chefs-assistants, José Serebrier et Matthias Baemert, ont endisqué plusieurs de ces transcriptions qui ont un cachet un peu désuet mais font preuve de tant d’imagination! Le commentaire anglais ci-haut inclut une prestation de la même suite Purcell avec Stokowski dirigeant l’orchestre de la BBC lors d’une émission dédiée au chef et sa musique.

    Stokowski lui-même livre une de ses nombreuses synthèses symphoniques de pages opératiques, qui se veulent des réexamens d’ouvrages non-moins célèbres. Son second regard des pages d’amour de Tristan und Isolde de Wagner est un exemple éloquent de ce genre de choses. Les chefs d’aujourd’hui, mponds confiants direz-vous, se contentent de sélections (ou de suites) d’extraits orchestraux de ballets et d’opéras. Clairement, les temps changent…

    La dernière pièce au menu est une symphonie contemporaine, les Quatre Tempéraments de Carl Nielsen, jouée ici avec le concours de l’orchestre national de la radiodiffusion Danoise. Si on compare cette lecture à celle d’un chef spécialisé dans ce répertoire (comme Herbert Blomstedt), on concède qu’il y a une différence dans la conception d’ensemble. Ceci ne veut pas dire que la version Stokowski est moins bonne ou moins intéressante. Le public répond poliment – mais c’est aussi bien connu que le public scandinave n’est pas toujours exubérant! Pour moi, c’est une lecture fort satisfaisante d’une symphonie plutôt négligée.


    Bonne écoute!





    Tuesday, September 10, 2013

    Scherzos et menuets

    In English: http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/1271-scherzos-minuets.html

    "S" pour "septembre" prend l'allure aujourd'hui de "S" pour "Scherzo", en téférence à la forme dansante (et supposément plaisantaine) qu'on retrouve soit seule, ou soit dans une pièce à trois ou quatre mpouvements.

    Le scherzo est venu à remplacer le menuet (défendu par Haydn et les autres compositeurs de la période classique) chez les compositeurs de tradition romantique. On pourrait même dire que cette transition est un des faits saillants de l'évolution d'une ère à la suivante.

    Un des premiers exemples d'un scherzo dans une oeuvre à plusieurs mouvements serait le troisième mouvement de la première symphonie de Beethoven. Ne vous laissez pas prendre par son indication presque anodine (Menuetto. Allegro molto e vivace) car ce n'est sûrement pas le menuet de Papa Haydn:




    La playlist YouTube qui illustre notre thème d'aujourd'hui assemble un bon nombre de scherzos (ou devrait-on pas dire scherzi?) pour plusieurs combinaisons d'instruments, allant du piano seul jusqu'à l'orchestre tout entier. Les compositeurs illustrés vont de Bach (et le menuet de sa première partita pour piano) jusquu'au Canadien André Prévost et son Scherzo pour codres de 1960. J'ai groupé ces scherzos en deux temps, séparés par une collection de menuets.

    Parmi mes sélections préférés du groupe, je souligne Rafael Kubelik dans le scherzo capricieux et mesquin de Dvorák , le quatuor Capet dans un enregistrement d'époque du menuet de l'Alouette de Haydn, et un jeune Menuhin dans le scherzo-tarantelle de  Wieniawski.

    Bonne écoute!

    PLAYLIST

    Antonín DVORÁK (1841-1904)
    Scherzo Capriccioso en ré bémol majeur, Op.66 (B.131)
    Philharmonia Orchestra sous Rafael Kubelik

    Pyotr Ilich TCHAIKOVSKI (1840-1893)
    Scherzo à la Russe, op. 1 No. 1 
    Earl Wild, piano

    Igor STRAVINSKI (1882-1971)
    Scherzo à la Russe (1945)
    Orchestra of St. Luke's sous Robert Craft

    Johann Sebastian BACH (1685-1750)
    Menuet 1 & 2 et Gigue extraits de la Partita no.1 en si bémol majeur, BWV 825 
    Glenn Gould, piano

    Georg Friedrich HÄNDEL (1685-1759)
    Menuet extrait de Berenice, regina d'Egitto, HWV 38 
    (Artistes non-deintifiés)

    Franz Josef HAYDN (1732-1809)
    Troisième mouvement (Menuet: Allegretto) extrait du quatuor en ré majeur, Hob.III:63 (Op.64, No.5) 'Alouette' 
    Quatuor Capet

    Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)
    Troisième mouvement (Menuetto 1) extrait du Divertimento No.17, K.334 
    Jascha Heifetz, violon et Isidor Achron, piano

    Antonio SALIERI (1750-1825)
    Troisième mouvement(Tempo di Menuetto) extrait du Concerto pour pianoforte en si bémol majeur (1773)(Artistes non-deintifiés)

    Maurice RAVEL (1875 – 1937)
    Menuet antique, MR 7 (orchestré par Ravel, 1929)
    Orchestre Symphonique de Montréal sous Charles Dutoit

    Henryk WIENIAWSKI (1835 - 1880)
    Scherzo-Tarantelle, op. 16
    Yehudi Menuhin, violon
    (Accoimpagnateur non-identifié)

    Gustav MAHLER (1860-1911)
    Deuxième mouvement (Kräftig bewegt, doch nicht zu schnell) extrait de la Symphonie No.1 en ré majeur 'Titan' (1884-88)
    Koninklijk Concertgebouworkest sous Mariss Jansons

    André PRÉVOST (1934 - 2001)
    Scherzo pour orchestre à cordes (1960)
    CBC Vancouver Symphony Orchestra sous Mario Bernardi

    Frédéric CHOPIN (1810-1849)
    Scherzo No.3 en t dièse mineur, op. 39 
    Martha Argerich, piano

    Friday, September 6, 2013

    Montage # 121 - Sousa & Suppé



    As of October 4, 2013, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 4 octobre 2013, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

    https://archive.org/details/Pcast121



    pcast121- Playlist

    ===================================================================== English Commentary – le commentaire français suit

    Summer’s over...

    But don’t despair – at ITYWLTMT, I’ll try and turn that frown upside down, with a month-long series I call “S” for September – four montages that have in common the letter “S”, and it begins this week with works fit for a great outdoor concert send-off to the Summer.

    I call these “Timbits for the ears”.


    For those of you who aren’t familiar with Canada’s favourite donut hole treats,Timbits are nothing short of pure and simple indulgence, a snack that gets swallowed whole, great companion to a cut of coffee, and something you simply never can get tired of. They’re sweet, they’re all calories, and though you can’t live on them alone you sure wish your metabolism could allow you to…

    Years ago, we would participate in a yearly set of field trials at a large US Military installation and our Boss, who was paranoid about shipping equipment across the border, would have us drive the equipment (a two-day drive), which required at least a pair of vehicles getting loaded and trekking down the Interstate. My colleague Steve, who actually enjoyed driving for long hours (Boy, the folly of youth!) would make sure he got a King’s Ransom of Timbits for the trip, and would pop these all through the drive, listening to Oldies on the radio.

    The works I programmed today are, like Timbits, a sweet, tasty lot of works for orchestra (or band) ny probably two of the great masters of the genre: John Philip Sousa and Franz von Suppé.

    For you movie buffs out there, there is a “link” between these two great musicians – at least on film. In the 1952 biopic  Stars and Stripes Forever (starring Clifton Webb as Sousa and a very young Robert Wagner as the inventor of the Susaphone), has a scene where Sousa's band plays at the Chicago World's Fair… Suppé’s Light Cavalry.

    If we believe the same biopic, Sousa was something of a closet romantic composer, but his wife was the one who pushed him towards writing marches. There is, of course, the famous pair of scenes where Sousa, at the piano, sings lovingly “My Heart is a Weeping Willow”, and the wife banging the same tune on the piano in ¾ time “No, play it like this”. Following scene – A Presidential reception line is simply not moving as Sousa leads his band in the melodic “Weeping Willow” song. An official asks him to “step it up or we’ll be here all night” and – bang – we have Semper Fidelis.

    I’m sure this was a creative license, made-for-the-movies, kind of re-telling of the facts, but given some of Sousa’s more romantic stage works, I can somewhat imagine that lots of Sousa’s stage music would get usurped for the sake of his Band. The Sousa portion of the montage is an attempt at providing some of the great Sousa classics, and maybe teases you with some lesser-heard ones.

    In addition to Light Cavalry, the Suppé portion also tries to stay within the familiar (like Poet and Peasant) as well as the less heard (including the beautiful Morning, Noon and Night in Vienna).
    Among the performers, I wanted to point out a handful of Sousa marches by the Eastman Wind Ensemble, and the sublime work of Paul Paray and the Detroit Symphony from their “reference” 1950’s Mercury recording of the great Suppé overtures.


    I think you will love this music too!

    =====================================================================
    Commentaire français

    Je ne sais pas pourquoi on appelle ces petites gâteries de chez Tim Horton’s des « trous de beigne » (ou devrait-on dire des trous de beignets, qui sait?). On sait fort bien, dans la confection pâtissière, qu’on n’enlève pas de pâte à une galette pour faire un beignet!

    Quoiqi’il en soit, ces petiots timbits sont un pur délice, un accompagnement savoureux à une tasse de café, quelque chose d’indulgent, plus agréable qu’un bonbon ou une friandise hyper-sucrée qui colle à vos dents.

    Le montage d’aujourd’hui, pour votre humble serviteur du moins, est orné de petits timbits musicaux, une confection des plus délicieuse, signée Sousa et Suppé, qui s’insère for bbien dans notre thème «S» pour «septembre».

    John Philip Sousa, le soi-disant Roi de la Marche Militaire (disent nos amis Ricains) est un Américain d’origine Portugaise (le nom de famille étant de Souza et non Sousa, un américanisme), qui fut pour un long moment le chef de la fanfare de la Marine Corps, est bien sûr passé célèbre pour ses mélodies à jamais associées avec les défilés, les cors et clairons, et j’en passe…
    Le commentaire anglais passe quelques paragraphes à discuter du film (vieux de plus de 60 ans) qui se veut biographique, et du portrait d’un musicien perfectionniste, qui ne demandait rien de mieux que de composer des musiques qui plaisent au public, et aurait tant aimé composer des balades…
    Au montage, j’ai retenu plusieurs des grands succès de Sousa, plusieurs d’entre eux vous sertont familiers.

    De son côté le grand maître de l’opérette Franz von Suppé (né Francesco Ezechiele Ermenegildo, Cavaliere Suppé-Demelli) domina le genre avec son contemporain Jacques Offenbach. Un talent précoce (il compose une messe à 13 ans!), ses parents l’ont plutôt encouragé à une profession d’avocat. Un «cousin de la fesse gauche» de Donizetti, c’est ce dernier qui remarque le talent de Suppé et voit à sa formation. Immergé dans la musique de Rossini et Verdi, il amène ce flair italien à Vienne, où il élit domicile avec sa mère suite au décès de son père.

    Après le succès d’un singspiel (Jung Lustig) en 1841, il écrira opérettes et musiques légères pour le public Viennois –surprenamment, une de ces compositions les plus mémorables est l’ouverture à la pièce Dichter und Bauer (1846), qui ne connut pas un grand succès lors de ses premières audfitions. Au sommet de sa forme (Das Pensionat, Gervinus, Flotte Bursche, et Fatinitza) ses opérettes sont monty.es pour plus de 100 représentations, et ikl est même invité à participer au premier festival que Wagner organise à Bayreuth en 1876.

    Dans le montage d’aujourd’hui, vous retrouverez Boccaccio (1879) et bien sûr Cavalerie Lég;re (1866).
     

    Bonne écoute!