Friday, December 28, 2012

Bilan - 2012 - The Year in Review



Texte français - the English text follows

La fin d'une autre année approche et, comme l'an dernier, je vous propose mon bilan de l'année qui s'achève, ainsi qu'un aperçu de ma programmation pour 2013, et concluerai le tout avec ma playlist YouTube rétrospective annuelle, qui regroupe l'ensemble des clips disparates que j'ai commenté ici et ailleurs.

Faits Saillants 2012
  • Cette année je peux fièrement vous annoncer que notre achalandage a commu une augmentation substantielle, en grande partie grâce à notre initiative d'instaurer une page Facebook pour ITYWLTMT. Pour ce faire, j'ai dû également faire mon acte de présence sur ce médium social, et compte plus de 450 "amis Facebook", plusieurs d'entre eux suivent nos péripéties sur la toile (ici, sur MQCD Musique Classique, sur TalkClassical, sur OperaLively et sur YouTube). Si je totalise l'ensemble des "abonnés officiels" de mes différentes plateformes, le nombre reste assez modeste (autoiur d'une centaine), mais ce nombre a presque triplé en comparaison à pareille date l'an dernier.
  • L'une des statistiquyes les plus révélatrices en ce qui me concerne est l;'achalandage sur notre chaîne Pod-O-Matic - car les statistiques Blogget ou StatCounter pour ITYWLTMT peuvent être biaisées en raison des sites qui font du furetage sur le blog. Les statistiques de fréquentation pour la même période en 2011 et 2012 démonrent une augmentation significative - nous avons aisément quintuplé nos statistuques, comme l'indique le graphique en fin de billet.
  • Nous avons présenté notre cinquantième montage le prntemps dernier, et avons suggéré des montages alignés autour d'un pianothon, des conceri de Brahms, un festival Mozart, et un regard particulier sur la vie artistique de Glenn Gould. Nos séries estivales (ici et sur le tandem TalkClassical-MQCD Musique Classique) ont également fait plaisir à plusieurs d'entre vous. Les commentaires et courriels (encore trop infréquents) ainsi que les statistiques de visionnement sont une indication des grands moments partagés ensemble cette année.
  • Parmi les nouvelles initiatives de 2012, celles qui semblent avoir remporté le plus de succès sont notre usgae du site Internet Archive comme entrepôt de nos montages et pour la nouvelle série Jadis sur Internet. Certaines de nos contributions/pages de ce site ont reçu un achalanfage surprenant (certains frôlant la centaine)
À Surveiller pour 2013

Voici un avant goût des projets que je contemple pour l'an prochain:
  • Sur TalkClassical, sur le Tuesday Blog, je me propose d'explorer un vieux montage de mes archives à chaque mois. Ce montage sera également réintroduit pour le mois sur Pod-O-Matic. 
  • En revanche, sur Mardi en Musique, je me propose de proposer un billet chaque mois (qui coincidera avec le billet ci-haut en anglais) où je ferai l'adaptation d'un de mes billets opératiques de ma chronique régulière Once or Twice a Fortnight. Ces billets discuteront d'un opéra en particulier, et sera répertorié sur notre site sous l'étiquette Opéra du mois.
  • Parmi les séries que je propose d'entreprendre le vendredi, un festival Brahms (coincidant avec le 180e anniversaire de naissance du compositeur), une obsession numéro deux (une rechute, si on veut, de mon obsession numérique), les symphonies Parisiennes de Haydn, un festival Bach, et probablement d'autres séries que je me réserve comme surprises.
  • Parmi les séries déjà entamées, sûrement un éphéméride musical ou deux, musiques du Car[eme (avec l<accent sur l<orgue sur le Tuesday Blog et Mardi en Musique), une série estivale encoreune fois axée sur le voyage et une série de musique de chambre (que j'entends encore réaliser en tandem entre TalkClassical et MQCD Musique Classique.
  • On doit s'attendre à des billets qui toucheront les anniversaires Poulenc et Rachmaninov.
  • Notre centième montage devrait apparaître en avril. Ce sera fantastique.
Ainsi donc, la table est mise pour l'an prochain, et il ne nous reste plus que de se souhaiter une belle fin d'année 2012, une bonne et heureuse année 2013 et encore plus d'aventures musicales sur le Web.

Cliquez ici pour vous rtendre à notre suggestion musicale de la semaione - Bonne écoute, et bonne année!

==================================================================
English Text
Here we are again, at the end of a calendar year and fifty two more weeks of blogs, podcasts and other musical coitributions. ITYWLTMT has now issued 85 podcasts (the first 75 having been catalogued in a recent post on the Tuesday Blog.) As I did last year, it is time to reflect on what we have done in 2012 and what my 2013 programming will consider.


2012 Highlights
  • Fist things first: who's out there taking poart in our musical adventures? Well, our numbers continue to grow substantially, thanks in part to our "social media presence" with the ITYWLTMT Fan Page on Facebook. In order to partake in NetworkedBlogs, I had to bite the bullet and create my own Facebook page and can proudly claim well over 450 "Facebook frioends", some of which I find to be regulkars to our many platforms (here, on MQCD Musique Classique, on TalkClassical,  onOperaLively and on YouTube). If I add up all the subscrinbers and "likes", we have well over 100 followers - triple what we had at the same time last year..
  • As a geek, I am into statistics, and I chose to share traffic statistics I amassed for the Pod-O-Matic podcast, as I find the Blogger and StatsCounter statistics can be tainted by crawler site numbers. For the same month window for 2011 and 2012 (graph below), we have increased our number of podcast playbacks five-fold over 2011, and this is a strong indication that we are getting traction with music lovers from all over the Web.Thanks to so many of you who "share" links to our many platforms!
  • Noteworthy projects and montages include our 50th montage last Spring, a pianothon, a Brahms coincerto cycle, a Mozart festival, and our year-long tribute to Glenn Gould. Our Summer series  (here andjointly on TalkClassical-MQCD Musique Classique) were also fairly popular, judging on the (still too infrequent) comments, e-mails and the viewing statistics..
  • Our initiative to contribute past montages and some select IoeraLively and Once Upon the Internet marterial on the Internet Archive has provided anothe ropportunity to spread musical cheer to many of you. The download statistics from IA soimetimes near 100 for specific posts!
Watch for these in 2013

As I look at my draft schedule for 2013, here are some things you can look forward to next year
  • I will add a monthly gfeature on the Tuesday Blog, tentatively called "From the Podcast Vault", where I will dust up a past montage and create an updated musing. Furthermore, I will re-issue that mointage on Pod-O-Matic for the month.
  • The arcs I am working on for next year include: A Brahms Festival (which will ewncompass the four symphonies and other works), My Number 2 Obsession is a relapse of my numerical sickness, Haydn's Paris Symphonies, a Bach Festival and other arcs that I have identified and will simply keep as surprises.
  • Returning favourites will include some This Day In Music History posts, musical selections for Lent and the SUmmer (including our usual travelog and Chamber Music series)
  • Certainly musical anniversaries will be explored, including two noteworthy anniversaries relating to Poulenc and Rachmaninoff.
  • I expoect April will be fantastic, with our 100th montage.
Before I let you enjoy our yearly "Video Favourites": Playlist, let me wish all of you a happy New Year for 2013, and a safe holiday season.

I think - no, I know, you will love this music too!



==================================================================
Statistiques & Playlist






Thursday, December 27, 2012

About the Ads / A propos des pubs

English Text – le texte français suit


At the end of 2012, Google (which operates Blogger) has begun showing ads on my site (and even on my personal Blogger dashboard!)


UPDATE 2012-12-28

Our AdSense application was not approved, so I will not be running ads on this site - however, Google will continue to show banners above and below the blog for their own adverts. There's nothing I can do about that...

Texte françâis

Depuis la fin de 2012, Google (qui est le maître d’œuvre de Blogger) a commencé à placer des publicités sur mon site. 


MISE A JOUR 2012-12-28

Notre demande AdSense a été rejetée, donc je ne ferai pas de publicités è même le blog. Toutefois, Google va sans doute continuer à placer ses pubs en haut et bas de page - je n'y peux rien...

@+

One Year of Once or Twice a Fortnight




Once or Twice a Fortnight (OTF for short) is my contribution to OperaLively, and regularly features complete operas, with my personal thoughts, additional musical illustrations and links to key material (such as synopses and libretti).

OTF is more than just Opera – sometimes, we venture into other vocal, lyrical or sacred works, and even leave the tight box of the vocal genres to explore different music.

I usually provide notifications on the ITYWLTMT Fan Page on Facebook when I issue a new OTF post, as they are not delivered on specific dates of the month (like I do for Quinze que j’en pense).

In addition to the below links to the material, you can access most of the posts on special compilation pages maintained by OperaLively and accessible in the “Exclusive Articles” area of the site. At the time of writing this post, there are two OTF pages: Page 1 and 2).

Complete Operas (In Alphabetical Order by Composer)
21-Apr-12    Beethoven - Fidelio
2-May-12     Estacio – Filumena
17-Jul-12      Gounod – Faust (en français)
4-Jun-12       Massenet – Werther
31-Oct-12    Menotti - The Medium    
23-May-12   Rubenstein - The Demon
31-Dec-11    J. Strauss II - Die Fledermaus ()
18-Jun-12     Thomas – Mignon
20-Dec-11    Verdi- La Traviata (en français)

Other Music Posts (In order of publoication)
9-Jan-12       Mr. Liszt Goes to the Opera
17-Jan-12     Mr. Thalberg Goes to the Opera          
5-Apr-12       Bach`s St-Matthew Passion (en français)
7-Apr-12       Mahler's Resurrection Symphony 
2-Jul-12         Faust (not by Gounod) (en français)

Miscellaneous (In order of publoication)
14-Dec-11    Once or Twice a Fortnight (BM de MQCD)                
26-Jan-12     Opera Podcasts 

Disclaimer

OTF, like ITYWLTMT, makes use of embedded links to third-party content that is not necessarily under the sole control of those of us who use them. We remind that embedded links and their content are provided here for musical enjoyment, and can be experienced on your PC without downloading required if you have access to the Internet. (Downloading files for use on your personal digital companion is generally possible, depending on the site.) Because we are not managing third-party web content, we cannot  guarantee the currency of the link – all we can guarantee is that the link worked “as advertised” at the time of the original blog post. 

Tuesday, December 25, 2012

La chronique du disque (décembre 2012)




NDLR: La chronique du disque est un billet présenté mensuellement, relatant mes achats et acquisitions du mois qui s’achève. Ceci n’est pas une «critique du disque», mais plutôt un billet d’informations : qu’est-ce que j’ai trouvé, où l’ai-je trouvé, et qu’est-ce que j’en pense. Des informations qui peuvent piquer votre curiosité et (peut-être) vous amener à considérer les pièces ou même les prestations que je propose, afin de les ajouter à votre collection.

Parce qu’il se doit, je vais assigner une «note» (une lettre entre A et D) pour ces achats – en fait, deux notes, comme on le fait au patinage artistique. Une note sera attribuée à la qualité sonore (QS), et une autre pour l’impression globale (IG). Voici un barème :

  • Pour la qualité sonore: mon point de référence est mon iPod avec écouteurs de type bouton. J’écoute mon iPod au travail et dans l’autobus, donc avec un certain niveau de bruit de fond. Une «bonne» note est assignée si la prise de son est bonne, la musique est claire et exempte de bruits de surface, et généralement permet une audition claire de la prestation sans dérangement.
  • Pour l’impression globale: il s’agît-là d’une note subjective, entièrement basée sur la performance dans le contexte d’auditions comparables. Une «bonne» note requiert une prestation convaincante, pleine de virtuosité, représentative de l’ère et des traditions qui accompagnent la pièce.
Mes suggestions pour décembre

Time Out - HD Digital Remastered 2009
[eMusic]

Comme je l’ai souligné dans un fil de discussion à MQCD Musque Classique, le pianiste et compositeur Dave Brubeck nous a quittés plus tôt en décembre, et j’ai fait le rappel dans ce fil de mon acquisition il y a longtemps de l’album Time Out, et de mon iultime réacquisition de ces plages en numérique 64 bits (quoique sous compression MP3 si on se le procure sur eMusic…) . Plusiwurs succès de Brubeck et son quatuor des années 50 avec Paul Desmond au saxo. A pour la QS, et un très rare A+ pour l’IG.

Darius Milhaud, Le boeuf sur le toit, La création du monde
[
eMusic]
Il y a bien sûr une connexion entre M. Brubeck et Darius Milhaud, ce dernier ayant travaoillé avec Brubeck en Californie. NBrubeck a cheché à travailler avec Milhaud (en passant, Milhaud enseignait dans un collège pour filles qui acceptait des étdiants mâles pour les études post-collégiales…) justement parce que Milhaud avait démontré une affinité por le jazz, et les deux pièces présentées dans cet album sont de flagrants exemples. Milhaud lui-même au pupitre.  B+ pour la QS, A- pour l’IG.

Coleridge-Taylor, S.: Clarinet Quintet in F Sharp Minor / 4 African Dances / Nonet in F Minor
[eMusic]
Lors d’une autre chronique, j’ai suggéré un album de musique compose par l’Anglais Samuel Coleridge Taylor, contemporain d’Elgar. De descendance Africaine et Noir, Coleridge-Taylor était un champion des melodies qui s’inspirent des rythmes et idiomes africains, et ses quatre danses sont un bel exemple de ce qu’il peut faire. Le quintette pour clarinette se compare bien aux grands du genre (Mozart, Weber et Brahms. ) Des artistes pleins de conviction offrent de bvelles prestations de ces pièces rarement jouées. A- pour la QS, A- pour l’IG.

SIBELIUS: Lemminkainen Suite, Op. 22
[eMusic]
Hormis le ravissant “Cygne de Tuolena”, on entend rarement les esquisses symphoniques qui forment la suite de Lemminkainen, personnage des mythes et légendes finlandaises. Ce disque nous propose la suite intégrale, ainsi que des plages supplémentaires comptent des versions et des sections mises de côté ou remplaçées par Sibelius pour cette suite. Pour les amateurs de Sibelius et de ses poèmes symphoniques. A pour la QS, A pour l’IG.

BERLIOZ: Requiem
[
eMusic]
Dans une récente chronique, j’ai propose Lélio ou le retour à la vie de Berlioz. Voici une autre pièce d’emvergure du compositeur – sa Grande Messe des morts -  . Sir Colin Davis, un chef reconnu pour son Berlioz, est à la barre de la Staatskapelle Dresde (un orcgestre avec lequel il n’a pas d’affiliation particulière) pour une performance en hoimmage aux victimes des bombardements alliés de la municipalité en février 1845 . Notons une composition plus germanique qu’autre chose, qui abuse des cuivres mais qui résonne avec son traitement solennel des textes latins. A- pour la QS, A- pour l’IG.

Friday, December 21, 2012

Montage # 85 - Child's Play / Jeux d'enfants




As of January 25, 2013, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 25 janvier 2013, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

http://archive.org/details/ChildsPlay_479



pcast085- Playlist

===================================================================== English Commentary – le commentaire français suit

Christmas time is upon us and I thought I would use this last montage of the year to not only get us in the spirit of the Season, but also to propose some music that is appropriate for young (and young at heart) music lovers.

There are three main ideas that intermingle in this montage: children, children’s tales and (of course) toys. Let’s discuss these themes and my selections in no particular order.

Bizet's Jeux d'enfants, like Schumann's Kinderszenen and Debussy's Children's Corner, is more about children than for children to play. It's a suite of a dozen miniatures, each a minute or two long, evoking the simple games and interests of very young children. Later, Bizet arranged five of those movements for orchestra, producing a light, bright narrative of children's games.

In the repertoire of musical tales for narrator and musical ensemble, we usually hear the Carnival of the Animals, or Peter and the Wolf, and even sometimes the Young Person’s Guide to the Orchestra. Francis Poulenc’s setting of the original Brunhoff Story of Babar is (I am sad to say) less played. When my Son was 3 or 4 years old, I did take him to a local concert where Peter and the Wolf and Babar were both performed, and Babar (because less played) sounded fresher to me… The montage selection is narrated by Meryl Streep, who does a great job.

Rather than programming the aforementioned Children’s Corner, I chose to look at a different piece by Debussy: his Boite a joujoux (literally, the toy box). This was originally conceived as a ballet (which I embedded in the French commentary below), but it works quite well in the unique storytelling style of soprano and artist Natalie Dessay, in a production that was created recently at the Opera Comique in Paris. I scoured YouTuibe in search of an English equivalent, and found this one, for narrator and piano.



The version included in the montage differs a lot from the above take – as it is set in Toyland (rather than in a toy store) and tells of a love triangle between Chou-Chou the doll, a toy soldier (Number 7) and Polichinelle (Pulchinella in the Italian tradition, Punch in the English tradition). Chou-chou loves the soldier, but loves Polichinelle “like a brother”, which infuriates the puppet and he literally streals Chou-Chou’s heart to make sure she feels no love, and will thus marry him without reluctance. Of course, Number 7 finds Chou-Chou’s heart, and the couple marry and live happily ever after.

Leopold Mozart’s Toy Symphony and the March of the Toys complete the montage.

Merry Christmas! I think you will love this music too.

=====================================================================
Commentaire français

Le montage de cette semaine, mon dernier pour 2012 et quelques jours avant Noël, est dédié aux jeunes "de 7 à 77 ans", avec des sélections de contes, de jeux et - bien sûr - de jouets.

J'ai monté deux contes musicaux cette semaine . Lorsqu'on parle de contes pour enfants et de musique classique, deux "géants" sont immédiatement évoqués: le Carnaval des Animaux et Pierre et le Loup. Laissez-moi donc vous proposer deux choix moins usités... Le premier (narration anglaise dans le montage) est l'Histoire de Babar, inspiré du conte pour enfants de Jean de Brunhoff et mis en musique par Francis Poulenc.. Ci-dessous, une version pour piano et narration françise.



Le deuxième conte recoupe notre arc Debussy - non, pas le Children's Corner - mais plutèot une oeuvre qui est parfois montée en ballet ou, comme dans le cas présent, un joli récit fantastique. Dans une version momtée récemment par l'Opéra Comnique (si je ne m'abuse) on tretrouve Natalie Dessay dans le rôle de narratrice accompagnée d'un petit ensemble dans la boîte à joujoux.

Au cours de mes recherches, j'ai trouvé le vidéo ci-dessous d'une version pour grand orchestre, limitée à l'instrumentation. Un autre cadeau inattendu pour vous tous!




La petite suite pour piano Jeux d'enfants de Bizet est une séquence de courtes pièces avec des titres évocateurs. Une poignée de ces miniatures furent orchestrées par le compositeur, et sont montées cette semaine, avec un duo de pièces inspirées par les jouets: la fameuse marche des jouets du compositeur Irlando-Américain Victor Herbert, et la cassation des jouets de Papa Mozart.

Bonne écoute, et joyeux Noël!



Tuesday, December 18, 2012

Ночь пе́ред Рождество́м par Nikolai Gogol


NDLR: La série « Billet de faveur » présente des billets qui n'ont pas encore été présentés en français. Ce billet fut publié originalement le 23 décembre 2011 sur OperaLively. Version originale:

http://operalively.com/forums/content.php/365-OTF-Noch-pered-Rozhdestvom-by-Nikolai-Gogol

========================================================


(Je vous assure, je ne parle pas – ou n’écris pas – le  Russe!!!)

Ce billet de faveur, offert aujourd’hui dans le câdre du Temps des Fêtes, jette un coup d’œil sur l’œuvre de l’Ukrainien Nikolai Vasilievich Gogol (1809-1852). Considéré par ses comtemporains comme l’un des lumainaires de la littérature dite “réaliste”, ses oeuvres comme “Les soirées dans une ferme près de Dikanka” sont le résultat de la culture et les traditions du folklore Ukrainien.

Le premier récit du deuxième volume du recueil, Noch pered Rozhdestvom trad. lit “La Veille de Noël” – fut le sujet d’opéras composes par Tchaïkovski et Rimski-Korsakov.

L’histoire, parfois confuse, implique le diable, un forgeron et une jolie fille du nom d’Oxane. Le forgeron aimerait épouser Oxane, mais celle-ci insiste qu’elle ne l’épousera que s’il lui offre les pantoufles de la Tsarine. Afin d’exaucer le désir de sa dulcinée, le forgeron s’associe au diable afin d’obtenir ces pantoufles.

Je crois que vous pouvez imaginer qu’il s’agît d'un marché qui risque d’être dangereux… Toutefois, l’histoire finit bien.

Tchaïkovski fera deux tentatives d’opéra avec ce conte -  "Vakula le forgeron, ou la veiile de Noël", op. 14 de  1874 et  “Cherevichki” (Les belles pantoufles) de 1885.

Dans une lettre destine à Nadezhda von Meck datant novembre-décembre 1884, selon le site  Tchaikovsky Research:, Tchaïkovski écrit:  "Je suis plutôt occupé en matinée ces jours-ci, car je considère reviser mon opéra Vakula. C’est une de mes creations préférées, mais je ne suis pas sans reconnoitre ses faiblesses. Je veux passer quelques temps afin d’enlever ces passages faibles afin de le remettre en scène à Moscou la saison prochaine".

Séjournant à Paris durant l’hiver de 1885, Tchaikovski (je cite) "parvient à planifier tous les changements majeurs à Vakula". Il se mettra au travail de reviser la musique en février  et mars 1885 rapportant "j’ai compose de nouvelles scenes, j’ai biffé tout ce qui était mauvais et gardé tout ce qui était bon, simplifiant des harmonies complexes. En some, j’ai tout fait ce le nécessaire afin de sauvegarder cet opéra"

L’opéra ainsi revisé sera connu sous une série de titres : les petites pantoufles, les pantoufles de la Tsarine et les caprices d’Oxane.




Le deuxième compositeur, Rimiski-Korsakov, mettra son opéra en scène en décembre 1895.




Nicolai RIMSKI-KORSAKOV (1844 - 1908)

La Nuit de Noël, opéra en 4 actes et 9 tableaux, RK 5a

Dmitri Tarkohov (Vakoula),
Natalia Chpiller (Oxanne)
Piotr Pontriaguine (Le Diable)
Choeur et Orchestre de la Radio de l'URSS, Nikolai Golovanov (1947)


Friday, December 14, 2012

Montage # 84 - Brandenburg Perspectives Brandebourgeoises - Part 2/2eme Partie



As of January 18, 2013, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 18 janvier 2013, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

http://archive.org/details/BrandenburgPerspectivesPart2


pcast084- Playlist

===================================================================== English Commentary – le commentaire français suit


Our second instalment of our Brandenburg perspectives series looks at Brandenburg concertos 1-3, As stated last week, the Brandenburg’s are staples of the HIP movement, recorded by almost every HIP ensemble. Few sets of Brandenburgs have had the public appeal of the Orchestra of the Age of Enlightenment’s set, one of the earliest Virgin Classics recordings to have had mass appeal, making the label a legitimate contender to the well-established triumvirate of EMI, Decca and DG. Since then, many upstarts (Hyperion and Chandos comes to mind) have eroded the holy trinity’s stronghold on the classical music market.

What I love about the OAE’s set is that it’s HIP, yet not dry nor “pedantic”. The play is straightforward, with an appropriate dose of (dare I say) romantic flashes that I think are fine for Bach’s orchestral works.

To complete the set (and the montage), I turn to a true test of perspective.

Perspective has a lot to do with “the times”. And nothing is a more telling barometer of  “the times” than technology. Today’s Internet age has spoiled us, to the point where it is hard to wrap our heads around how life could have been without it! What did we do before cell phones? We’d probably accept the idea that we could miss a call… And a call meant speaking, and not texting.

In the late 1940’s, Bell Lab scientists John BardeenWilliam Shockley and Walter Brattain invented the transistor and, thusly, single-handedly changed the world of electronics forever. The disappearance of the bulky, hot-running vacuum tube created what we have come to call “the solid-state electronic age”, and paved the way for today’s integrated circuits - what was once a discrete device the size of a thumb-tack has now made way to quad-core processors that have literally tens of thousands of them inside the same thumb-tack form factor!

With the increased computational power provided by digital processors, it is hard to imagine life without them, or even that there was a time where we had analog processors – fiendishly complex patch-panel looking webs of LRC circuits, used to process signals (I use my words carefully, as these aren’t computing platforms, but rather ways of modulating and integrating signals into new signals). This is technology that helped steer early fighter jet aircraft in the late 1950’s, and paved the way for the on-board computers that later sent men into orbit, and to the moon and back. At best, we are talking about the early days of digital electronics, but really an awakening of the minds of many to the possibility of processing complex signals.

The 1950’s and 60’s were, indeed, a great time to be involved in the field of electronics, and this is where Wendy Carlos comes into the picture. (Some of you may know Wendy as Walter Carlos, her given name at birth and the name she assumed until her gender reassignment in 1972). Carlos is a unique combination of music prodigy and technological guru, earning degrees in Music, Physics and Composition from Brown and Columbia Universities. She is, quite frankly, a pioneer in electronic music, and studio recording artistry. Remaining in New York after graduation, Carlos was introduced to Dr. Robert Moog and became one of his earliest customers, providing advice and technical assistance for his further development of the Moog synthesizer. Carlos convinced Moog to add touch sensitivity to the synthesizer keyboard for greater dynamics and musicality, among other improvements.



The Moog Synthesizer is, itself, a creature of the 1960’s, an analog processor on steroids, capable of creating a large spectrum of sounds. Of course, when compared to today’s digital synthesizers, the “Mighty Moog” is viewed as the Tyrannosaurus Rex of the instrument, a dinosaur whose impending extinction was without doubt. But what Carlos achieved at the Moog’s keyboard, and countless hours of studio time is nothing short of astounding.




Imagine the pain-staking work required to render even the simplest of Bach’s two-part inventions on the Moog: adjusting the analog circuitry to achieve the right sound, overlaying track after track of this part and that part of the music. This was all done using the workhorse of the recording studio in the late 60’s, theeight-track recorder, an appliance made famous by Phil Spector in achieving his infamous “wall of sound”, used here by Carlos and his cohorts to overlay sound on top of sound to achieve a unique, wholly musical, rendering of the music of Beethoven (which he did for Stanley Kubrick’s A Clockwork Orange) and his now landmark four-part tribute to the great baroque masters: the two “Switched on Bach” records, the Branched on Brandenburgs and the Well-Tempered Synthesizer.

As I tried to say at the on-set: today’s rambling,  amateur electronic musician aided by digital processors of today, MIDI sequencing and other electronic music advances, can not only recreate Carlos’ musical experiments at home in a fraction of the time, but probably doesn’t even need to be able to play an instrument, as one can easily render music off a partition using the right software! But imagine the countless hours, dedication and stamina required to do this “the hard way”, starting and stopping multi-track recording equipment, playing the music over and over at a constant tempo using different sounds. And doing so for music as chromatically and rhythmically complex as the Brandenburgs!

In one word: WOW.

To complement the montage, I added more of Carlos’ synthesizer magic, including a track narrated by Carlos herself, explaining some of the early Bach experiments, with illustrations from discarded (and long-believed lost) recordings of the early sessions. I chose some of her Bach, as well as some selections from Scarlatti and Monteverdi from the Well Tempered Synthesizer.

To complete the montage, Glenn Gould plays a few short Bach keyboard works, and to close, a link to a performance of the Bach keyboard partitas,
http://www.youtube.com/playlist?list=PL4B1F425F3AAC5DF0

I think you will love this music too!


=====================================================================
Commentaire français


Cette semaine, je vais compléter mon regard sur les concerti Brandebourgeois de Bach, avec une attention toute particulière sur des perpectives d’interprétation.

La semaine dernière, j’ai proposé le sicième Brandebourgeois suivant la tradition populaire d’il y a une cinquantaine d’années. Cette approche, comme je l’avais remarqué alors, nous semble aujourd’hui fort désuète – les mélomanes acceptent l’approche HIP pour l’œuvre orchestrale de Bach comme étant la norme, et je propose ici les deux premiers concerti dans l’interpr.tation brusque et aérée de l’enmsemble baroqiue britannique the Orchestra of the Age of Enlightenment. L’intégrale des Brandebourgeois par cet emsemble est l’un des premier enregistrements adulés par la critique produit par la maison Virgin Classics et une incursion qui établit ce label (avec d’autres maisons telles Chandos et Hyperion) comme un sérieux adversaire au triumvirat longuement établi dans l’industrie form,é par les maisons EMI, DECCA et DG.

Ce que j’appréciue le plus de cet enregistrement c’est qu’on ne fait pas ici du HIP pur-et-dur. On y découvre des accents quasi-romantiques, uun mariaga à l’amiable entre du jeu historique et du jeu averti.

Avant d’aller de l’avant avec le reste de ma réflexion, permettez-moi de vous proposer le troisième concerto de la même formation, cette fois-ci sur YouTube :


Passons du HIP à une autre perspective Brandebourgeoise. Celle-ci est également historique à sa façon, et semblera un peu dé.suète aussi pour certains – toutefois, comme le cas du Bach de M. Karajan, tout à fait valable et, par surcroît, sort des sentiers battus.

Parlons technologie. La technologie chez le HIP est l’usage d’instruments d’époque. Ici aussi, on doit parler d’instuments d’époque, mais plutôt d’une époque… électronique.

Nous sommes maintenant pleinement engagés dans une ère technologique, dominée par la téléphonie cellulaire, les ardoises numériques, le nombre d’instructions machines exécutées chaque seconde par des puces électroniques. Qui aurait cru, dans les labos de la maison Bell après la Deuxième Guerre Mondiale que la création d’une technologie usant de semicondicteurs, le transistor, ferait boule de neige avec des répercussions révolutionnaires!

La diode semiconductrice et le transistor déplaceront les diodes et triodes à grille électrique, ces «lampes» énormes et énergivores qui ont permis l’essor d’une industrie connexe (la réparation électrique), permettront à l’Homme de marcher sur la Lune, de créer le village global, miniaturiser les technologies informatiques allant des salles d’ordinateurs jusqu’au PC et tant d’autres gadgets indispensables aujourd’hui.

Mais que dire des 25 premières années de l’âge de l’électronique – ce qu’on appelle dans mon métier l’ère de l’analogique, usnat de composantes individuelles plutôt que de circuits intégrés, où l’effort est concentré sur la manipulation de signaux plutôt que sur des séquences de bits. Une électronique nasciente, qui se cherche et cherche ses applications dans tous les domaines : scientifiques et … culturels.

C’est donc dans ce contexte technologique qu’on doit présenter Wendy Carlos (née Walter Carlos) en Nouvelle-Angleterre. Un talent musical précoce et doué pour les sciences, Carlos est récipiendaire de diplômes en Physique et en composition, et il s’intéresse dès lors aux expériences du Dr. Robert Moog, qui développe une série de synthétiseurs analogiques, une application des idées du mathématicien Joseph Fourier et son approche de créer des sons uniques par superposition d’ondes.

Carlos fait plusieurs recommendations à Moog, dont celle de modifier la circuiterie de son clavier afin de le rendre sensible aux impulsions de l’opérateur. Carlos et son équipe ouvrent un studio à New-York, et il se prête à toutes sortes d’expériences musicales usant de la technologie Moog et abusant des techniques d’enregistrements multi-pistes afin de multiplier la superpiosition de sons.

Parmi les grands projets de Mme Carlos, on compte sa collaboration avec le cinéaste Stanley Kubrick pour son film l’Orange Mécanique – des compositions originales et des adaptations de musique de Rossini et Beethoven. Et, bien sûr, une série de quatre enregistrements dédiés à la muisique de Bach et autres maîtres baroques. Dans ce projet, Carlos explore les six concerti Brandebourgeois, et j’ai retenu le troisième concerto (le premier réalisé au Synthétiseur par Carlos) pour ce montage.

Egalement au montage, des commentaires de Mme Carlos sur ces expériences musicales (en anglais) et une série d’autres sélections au synthétiseur de musiques de Bach, Monteverdi  et Scarlatti.

En début de montage, Glenn Gould nous offre quelques courts préludes et fugues de Bach et, en boni, l’huperlien YouTube suivant de Gould jouant l’intégrale des partitas pour clavier :

Bonne écoute!

Tuesday, December 11, 2012

Jadis sur Internet – Louis de Froment et l'Orchestre symphonique de RTL

Parmi les grands orchestres de tradition française, certains noms se succèdent: mon Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre de la Suisse Romande, et certains des grands orchestres associés avec les diffuseurs de langue française – tel, par exemple, l’Orchestre National de France (jadis l’orchestre de l’ORTF) et le Grand orchestre symphonique de Radio-Télé-Luxembourg (RTL), qui par modestie sans doute utilise met  habituellement de côté l’adjectif de «grand».
Fondé en 1933 sous la tutelle d’Henri Pensis, l’orchestre était à l’origine l’orchestre-maison de la radio du Luxembourg. Se succèderont à sa direction, des noms plus ou moins méconnus: Carl Melles, Leopold Hager, et Louis de Froment. Depuis 1996, l’orchestre évolue sous la bannière de la Philharmonique du Luxembourg.
Un chef qui passe une tranche importante de sa carrière dans un patelin modeste comme le Luxembourg n’est sans doute pas le genre de musicien qui aura une part de notoriété internationale. Pourtant c’est exactement le cas pour M. Froment, et ce surtout dû à une longue association sur disque avec un label à prix abordable.


Né à Toulouse d’une famille anoblie, Froment étudiera le violon, la flûte et l’harmonie au conservatoire local, et ira ensuite se parfaire au grand Conservatoire de Paris, choisissant de se former comme chef d’orchestre. Sous la tutelle de Louis Fourestier, Eugène Bigot et André Cluytens, Froment marquera son séjour au conservatoire en remportant le premier prix en direction d’orchestre en 1948.
Pour les dix ans qui suivront, Froment travaillera avec de petits ensembles, assurera la direction artistique à des casinos le long de la Côte d’Azur, avant d’accepter la direction de l’orchestre de RTL en 1958, un poste qu’il occupera pendant plus de 20 ans, prenant sa retraite en 1981.
La discographie de M. Froment et de son orchestre est variée et substantielle (survol partiel). La majorité de ses projets disscographiques, incluant des intégrales Debussy, concerti de toutes sortes, etc. seront issus d’une longue collaboration avec la maison Vox.
L’échantillon modeste présenté aujourd’hui fait, je crois, la démonstration de la grande versatilité et virtuosité de l’orchestre de RTL. Comme chef, M. Froment est un artiste fiable, qui approche ses partitions avec sobriété, hormis certains excès de shmaltz parfois discutables.
Bonne écoute!
DETAILS
Maurice RAVEL (1875-1937)
Le tombeau de Couperin, pour orchestre, MR 68a
Pavane pour une infante défunte, MR 19
(Transcrit pour orchestre par Ravel, 1910)

Tomaso ALBINONI (1671â1751)
Adagio, pour violon, cordes et orgue en sol mineur, T. Mi 26
[Probablement de Remo Giazotto (1910-1998)]

Frédéric CHOPIN (1810 - 1849)
Polonnaise “militaire” en la majeur,  op. 40, no. 1
(Orchestration de Theodore Moses Tobani?)

Paul DUKAS (1865-1935)
L'Apprenti Sorcier (1897)

Edward ELGAR (1857-1934)
Marche militaire ('Pomp and Circumstance') en ré majeur, op. 39, no. 1

Gabriel FAURE (1845-1924)
Berceuse, Op.16

Johann PACHELBEL (1653 - 1706)
Canon pour trois violons et basse continue, en ré majeur, T. 337

Franz Peter SCHUBERT (1797-1828)
Ellens Gesang III ('Ave Maria'), D.839
(Version instrumentale)

Richard WAGNER (1813-1883)
Ouverture à Die Meistersinger von Nürnberg, WWV 96
Hojotoho! Heiaha! (La chevauchéedes Valkyries) du troisième acte de Die Walküre, WWV 86b

Orchestre Symphonique de RTL
Louis de Froment, direction
Téléchargement  MP3.COM  - 21 novembre 2001