Saturday, December 31, 2011

Die Fledermaus


This is a past Tuesday Blog from Dec-31-2011. 


This is the eighth of Pierre's Twelve Days of Blogging.

What if you had to go to jail on New Year's Eve - what would you do? 

Party, of course!

That's essentially the plot for the Johann Strauss operetta DIe Fledermaus (The bat). There's of course love, flirtations, drinking and the great music of Strauss! What else could you ask for?

Austrians have a long tradition of welcoming the New Year with a performance of Die Fledermaus. Musical sentiments like "Glücklich ist, wer vergisst, was doch nicht zu ändern ist..." ("Happy is he who forgets what can't be changed...") and the story of a masquerade ball make this popular Operetta appropriate for the New Year. A New Year's performance of Fledermaus is also a tradition in Prague, in neighboring Czech Republic, as well as in many other parts of the world. English versions of DIE FLEDERMAUS by John Mortimer, Paul Czonka and Ariane Theslöf, or Ruth and Thomas Martin (and other translators) are performed frequently in the US and other English-speaking countries.

Here is a synopsis:
http://www.metoperafamily.org/metope...is.aspx?id=125

My New Year's gift to you is this great vintage performance under the musical direction of Clemens Krauss:


Enough said - enjoy the performance, and see you tomorrow for the traditional New Year's day concert from Vienna.

Johann STRAUSS II (1825 - 1899)
Die Fledermaus (1874)
Julius Patzak (tenor) - Gabriel von Eisenstein
Hilde Güden (soprano) - Rosalinde
Kurt Preger (baritone) - Frank
Sieglinde Wagner (contralto) - Prince Orlofsky
Anton Dermota (tenor) - Alfred
Alfred Poell (baritone) - Dr Falke
August Jaresch (tenor buffo) - Dr Blind
Wilma Lipp (soprano) - Adele
The Chorus of the Wiener Staatsoper,
Wiener Philharmoniker under Clemens Krauss
rec. Musikvereinsaal, Vienna, 22 June, 16-22 September 1950

Friday, December 30, 2011

Rétrospective / 2011 / The Year in Review

Commentaire français - English commentary below


C'est probablement de la prétention mal placée de ma part, mais j'ai cru que pour ma dernière réflexion sur ITYWLTMT cette année, je ferais un survol de mon aventure bloguesque au cours des derniers neuf mois (six en français), et taquiner mes lecteurs avec quelques unes de mes initiatives pour 2012.


Ce que je retiens de 2011


Neuf mois, plus de 80 réflexions avec des illustrations musicales, échelonnées sur maintenant siz plateformes (si on compte OperaLively, un site duquel je parlerai plus longuement le 15 janvier) et plus de 75 playlists YouTube. Clairement, je n'ai pas beaucoup chômé!


Faites ;'expérience google avec "itywltmt" et vous aurez plus de 2000 résultats!


J'ai clairement le sentiment d'appartenir à une grande communauté de mélomanes branchés - j'ai amassé une trentaine de cyber-amis, donc je ne me sens sûrement pas seul!


Comme je l'ai exprimé à quelques reprises sur ce blogue, c'est plutôt surprenant de voir la fréquentation de mes plateformes (près de 200 visites en moyenne ici, et des billets qui sont lus généralement par près d'une centaine de mélomanes sur TalkClassical et MQCD Musique Classique! Qui l'aurait cru, pas moi, en tous cas.


Au moment d'écrire ces lignes, on écoute mes baladodiffusions au moins une soixantaine de fois par mois, et on semble avoir aimé mes billets sur l'obsession Numéro Un, car quatre des six réflexions les plus visionnées sur ce site proviennent de cette série. (Cliquez ici pour voir nos statistiques comparatives pour le mois du 23 novemnbre au 23 décembre).


Que nous réserve 2012? 


Voici quelques taquineries:
  • En janvier, le pianothon d'ITYWLTMT;
  • Notre cinquantième montage baladodiffusé est prévu pour le 6 avril (50 ans jour-pour-jour après un concert des plus notoires...);
  • Il y aura une série d'été, comme les quatuors l'an dernier, axée sur un genre particulier de musique de chambre ou instrument seul;
  • N'oublions pas les anniversaires pour 2012: le 150e anniversaire de naissance de Debussy, le 75e anniversaire du décès de Gershwin et Ravel, et le 80e anniversaire de naissance de Glenn Gould - pour ne nommer que ceux-là;
  • Après notre 50e montage, il y aura probablement des reprises de montages qu'on sortira du coffre-fort afin de les épousseter




En terminant, laissez-moi faire un autre appel à vous tous: abonnez vous à mn blogue, laissez moi des commentaires et faites-moi des suggestions pour des montages! C'est plaisant d'avoir des nouvelles (et du feedback) de mes lecteurs!


A propos du montage: Pour cette fin d'année, je vous propose un collage vidéo de quelques uns de mes clips préférés, utilisés ça et là dans le cadre de mes réflexions - presque 5 heures de musique continuelle!. De beaux souvenirs, j'espère (cliquez ici pour vous rendre aux clips).


Bonne année 2012 à vous tous!


==================================================================

English Commentary



This is my first ever “year in review” post, and all I can say is “what a year it’s been!”

At the end of 2010, I don’t even think the thought of blogging was even in my mind. I can’t rightly say that there’s anything in particular that got me started, other than my passion for music. Twelve months later, I have over 80 posts to my credit, over six web platforms, and we’ve put together well over 100 playlist and audio montages – be they podcasts or YouTube playlists or general mashing together of openly-available music sources.

I have created enough content that merely googling “itywltmt” gives us well over 2000 results! Some of my November/December stats are shown below...

The things I take away from this year (nine months, really) of blogging

Th biggest take-away for me is that “I belong”.  I belong to a large community of internet music lovers, that I communicate with on a daily basis in both of my languages of predilection. If I add-up my “followers” on YouTube, here on ITYWLTMT and my cyber-friends on TalkClassical and MQCD Musique Classique, I have almost 30. I have to think many of them cross over many of my platforms (I know that for a fact). Sure, I wish that there were fewer anonymous visitors to my platforms, but the relationships I have built over such a short time have been very meaningful, very supportive, and have allowed me to explore surprising areas of the blogosphere and musical cyber-community.

In addition to my cyber-friends, I am read by hundreds of people all over the world, which (as I expressed a few months ago) is in itself both wholly satisfying and very humbling! Hopefully, there will be more readers, more friends and – dare I say it again – a lot more feedback on what I write and what I do on my platforms.

What’s Up for 2012?

Here are some teasers:
  • In january, our ITYWLTMT pianothon;
  • Momntage #50 is scheduled to happen on April 6th, which is itself the fiftieth anniversary of a notorious concert...
  • We will have a summer series - like our Summer of the String Quartet last year - featuring chamber or solo instrument works (More on that in die course...)
  • We will have some anniversary posts - Debussy's 150th birthday, Glenn Gould's 80th, and the 75th anniversary of the passing of both Gershwin and Ravel (among others...)
  • Once we hot our 50th montage milestone, I figure I may dust up some of the montages that are in the vault for us to enjoy again.
What is Today’s YouTube Playlist?

Back in May, when I started “broadcasting” on YouTube, I opened a special playlist “ITYWLTMT’s Video Favourites”, a video scrapbook of odd duck videos that I have featured at one time or another in my blog, that didn’t quite fit in a dedicated playlist. This video scrapbook has mostly Classical favourites, as well as some “funny bits” and other stuff. I was surprised to see that I had about 5 hours worth of video clips in that playlist!

When I reviewed the clips, it allowed me to remember some of the posts I published here and elsewhere, going as far back as my “Internet Graduation Recital” of early June, and all the way to some of my December posts.

I will “close” this favourites playlist, and start a new one for 2012…

Happy New Year 2012!


Statistiques/Statistics




(Overall Traffic /Fréquentation globale)

(Time spent per visit / Durée des visites)
NOTE: About 75% of visits last less than 1 second / environ 65% des visites durent moins qu'une seconde


Podcasts/Baladodiffusions








Votre/Your Montage



(MISE À JOUR / UPDATE - 31-12-2011)

Palmarès des billets / Most popular posts


Un programme de premières, signées Brahms (Oct 4, 2011) - 125 Pageviews

Montage #27 - Chopin "Number One" Montage / Montag... (Oct 21, 2011) - 125 Pageviews

Montage #26 - Mozart "Number One" Montage / Montag... (Oct 14, 2011) - 123 Pageviews

Montage #24 - Three "E"'s in Beethoven / Beethoven... (Sep 30, 2011) - 118 Pageviews

Montage #30 - Remembrance Day / Le Jour du Souveni... (Nov 11, 2011) - 107 Pageviews

Éphéméride musical - le 21 septembre 1963 (Sep 21, 2011) - 104 Pageviews

Montage #28 - Beethoven "Number One" Montage / Mon... (Oct 28, 2011) - 99 Pageviews

Montage #22 - Night time / La nuit (Sep 16, 2011) - 87 Pageviews

USAF Heritage of America Band (Nov 8, 2011 - 83 Pageviews

La chronique du disque (septembre 2011) (Sep 27, 2011) - 71 Pageviews

Wednesday, December 28, 2011

Le Pianothon / ITYWLTMT / Pianothon



English Text - le texte français suit



To start the year, how about a pianothon?

All my blogs in January on ITYWLTMT and PTB on TalkClassical will discuss pianists, and feature solo and concertante works showcasing the piano.

The first wave of blogs are part of my continuing blog-othon “Pierre’s Twelve Days ofBlogging” on TalkClassical. The blogs will group YouTube playlists dedicated to piano legends Vladimir Horowitz, Sergei Rachmaninov and Clifford Curzon

This will be followed by a series of Friday podcasts with pairs of piano concertos played by some of my favourite pianists: Radu Lupu, Glenn Gould, Alain Lefevre and Geza Anda.

On PTB (in addition to the features already discussed), three Tuesday blogs/Mardi en Musique posts featuring the Piano Society’s Neal O’Doan, Montreal-born pianist and composer André Mathieu and a TDMH post commemorating the concert held in January 16th 1910 uniting two major historic figures: Sergei Rachmaninov and Gustav Mahler. 

I also plan to feature lots of piano selections on January’s Chronique du disque.

I even have a musing or two planned for the new site OperaLively on piano transcriptions and works inspired by opera from Liszt and Thalberg.

It all starts January 2nd!

===============================================================


Texte français

Je propose de commencer l’année du bon pied, avec un pianothon.

Tous mes billets ici sur ITYWLTMT et mes Quinze que j’en pense sur MQCD Musique Classique présenteront des œuvres solo ou concertantes pour le piano.

Nos Mardi en Musique se pencheront sur trois pianistes: Vladimir Horowitz, Neal O’Doan (de la Piano Society), le pianiste et composteur montréalais André Mathieu et un éphéméride musical pour le 16 janvier 1910, date d’un concert historique réunissant Sergei Rachmaninoff and Gustav Mahler.  

Il n’y aura que du piano pour la Chronique du disque de janvier.

Tant qu’à nos montages du vendredi, ils mettront en relief quelques uns de mes pianists preferés: Radu Lupu, Glenn Gould, Alain Lefevre et Geza Anda.


Tout se met en branle le 3 janvier.

Tuesday, December 27, 2011

La chronique du disque (décembre 2011)

In English: http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/434-la-chronique-du-disque.html


NDLR: La chronique du disque est un billet présenté mensuellement, relatant mes achats et acquisitions du mois qui s’achève. Ceci n’est pas une «critique du disque», mais plutôt un billet d’informations : qu’est-ce que j’ai trouvé, où l’ai-je trouvé, et qu’est-ce que j’en pense. Des informations qui peuvent piquer votre curiosité et (peut-être) vous amener à considérer les pièces ou même les prestations que je propose, afin de les ajouter à votre collection.
Parce qu’il se doit, je vais assigner une «note» (une lettre entre A et D) pour ces achats – en fait, deux notes, comme on le fait au patinage artistique. Une note sera attribuée à la qualité sonore (QS), et une autre pour l’impression globale (IG). Voici un barème :
  • Pour la qualité sonore: mon point de référence est mon iPod avec écouteurs de type bouton. J’écoute mon iPod au travail et dans l’autobus, donc avec un certain niveau de bruit de fond. Une «bonne» note est assignée si la prise de son est bonne, la musique est claire et exempte de bruits de surface, et généralement permet une audition claire de la prestation sans dérangement.
  • Pour l’impression globale: il s’agît-là d’une note subjective, entièrement basée sur la performance dans le contexte d’auditions comparables. Une «bonne» note requiert une prestation convaincante, pleine de virtuosité, représentative de l’ère et des traditions qui accompagnent la pièce.
Mes acquisitions pour le mois de décembre




Stravinski - Françaix 
[Achat en ligne eMusic]

Cet enregistrement d’époque met en vedette Ernest Ansermet dirigeant l’orchestre et les choeurs de RTF dans l’interprétatiom de deux operas (version concert) du XXe siècle: Le diable boiteuxde Françaix et Oedipus Rex de Stravinski (chanté en latin, avec la narration en français.) Cette radiodiffusion de 1951 nous offre un Ansermet en pleine possession des partitions, et des solistes plus qu’acceptables. Un bon choix en ce qui me concerne. B+ pour la QS, A pour l’IG.







Bruckner - Complete Symphonies (Original Versions) - Tintner
[Torrent]
J’ai fait le téléchargement des enregistrements manquants à mon intégrale Bruckner/Tintner sur NAXOS, dans le but (naïf) de comparer les versions Haas et Nowak pour certaines de mes symphonies préférées. (Lire http://www.unicamp.br/~jmarques/mus/bruckner-e.htm). Cet exerrcice, impossible sans les partitions) est vite devenu une espèce de dégustaton comparative entre Tintner et d’autres chefs.

Mes conslusions : Tintner offre une vision globale intéressante, mais n’a pas en main un orchestre qui «sonne» Brucknérien – un espèce de Bruckner-diète (comme ce fut le cas dernièrement pour Strauss et JoAnn Falletta). Un enthousiasme réservé pour cette intégrale A- pour la QS, B+ pour l’IG.





Stravinsky, I.: Concerto for Piano and Wind Instruments / Zimmermann, B. / Fortner, W.: Symphony / Ligeti, G.: Lontano
[Achat en ligne eMusic]

En quoi consiste l’oeuvre concertante pour piano et orchestra de Stravinski? Eh bien, on a le Capriccio, les mouvements et son concerto pour piano et orchestre d’harmonie. C’est donc de ce dernier qu’il est question ici dans cet enregistrement d’œuvres avant-gardistes signé Gunther Wand.

J'admets d’emblée que je n’aurais sans doute pas acquis ce disque si ce n’était pour le Stravinski, et donc j’aurais manqué l’occasion de découvrir le reste des sélections, et la brillante symphonie de Fortner. Et le Stravinski n’est pas mal, non plus. Wand offre une performance qui fait un partage équitable entre le détachement et l’enthousiasme! A pour la QS, A- pour l’IG.







BERNSTEIN: Serenade / Facsimile / Divertimento
Bournemouth Symphony Orchestra
[Achat en ligne eMusic]

Souvent, je fais l’acquisition de disques pour avoir un point de coimparaison avec une prestation dans ma bibli, et vinyle/endommagée par surcroît. Ce disque NAXOS de la Sérénade pour violon et cordes de Bernstein se compare bien à la version dans ma collection (Gidon Kremer, Philharmonique d’Israel sous Bernstein). Les pieces en complement sont également bien rendues par Mme. Alsop et son orchestre brittanique. A pour la QS, A pour l’IG.



Debussy - Borodine - Wolf - QUATUOR ALCAN
[Achat en ligne eMusic]
Pour ma dernière selection, un disque de quatuors bien connus par l’excellent quatuor Alcan de Montréal . Il s’agît ici d’un album solide de prestations bien en place du Debussy, du deuxième de Borodine (et son inoubliable nocturne-andante) et de la jolie serenade Italienne de Wolf. Un bon achat! A pour la QS, A pour l’IG.


Plutôt que de vous offrir des impressions en bref d'autres acquisitions, je vous invite à lire Quinze qe j'en pense sur MQCD Musique Classique le 30 décembre, pour mes Coups de Coeur sur disque et ailleurs pour 2011.

Sunday, December 25, 2011

Un Joyeux Noël - en chansons et en musique

NDLR: La série « Billet de faveur » présente des billets qui n'ont pas encore été présentés en français. Ce billet fut publié originalement le 25 décembre 2011 sur TalkClassical. Version originale:


http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/703-some-our-christmas-favourites.html

========================================================




Il y a quelques semaines, j'ai produit un billet et une playlist YouTube consacrés à la musique de Noël, mais pas nécessairement des airs ou des cantiques de saison.

Aujourd'hui, donc, place à des sélections plus décontractées, qui vous accompagneront dans vos activités de famille, ou vous accorderont un moment de réflexion personnelle.

La tradition de la messe de minuit est probablement l'une des seules traditions religieuses encore observées par notre société laïcisée. Combien de ces moments d'église ont inclus le "ténor du voisinage" (ou le ténor de la chorale paroissiale) entonnat le traditionnel  Minuit, chrétiens, poème de Placide Cappeau (1808–1877) mis en musique par Adolphe Adam en 1847...

Ma chère vieille tante Béatrice, depuis longtemps disparue, avait sa version préférée du "Munuit, chrétiens", celle interprétée par le ténor lyrique Georges Thill (1897-1984): (Merci, YouTube!)



Maintenant, place à un pot-pourri de nos cantiques préférés, gracieuseté de l'Ensemble à Vents d'Ottawa:


http://www.ottawawindensemble.ca/media/Cest_Noel.mp3

(Vous trouverez cette plage sur le site officiel de cet ensemble.)

White Christmas (Noël Blanc) est une chanson traditionnelle qui fut popularisée en anglais par le regretté  Bing Crosby, et en français par la chanteuse québécoise Ginette Reno . Vous trouverez ces deux versions sur ma Playlist, ainsi que la plage ci-dessous, une version signée Charlie Parker:




Je ne peux résister inclure cette charmante - et désopilante - chanson du temps des fêtes. Je me demande bien comment le Père Noël pourra monter untel cadeau sur son traîneau... En anglais, bien sûr.



Pour les québécois de ma génération, Gilles Girard et ses Classels:




En terminant, mes meilleurs voeux pour Noël: la santé, plein de cadeaux et de bons souvenirs en famille. Soyez prudents, et on se retrouve mardi prochain pour la chroinique du disque




NDLR: N'oubliez pas de jeter un coup d'oeil sur le forum MQCD Musique Classique, dans lequel j'ai publié une réflexion spéciale (un éphéméride) pour le 24 décembre. En plus, j'aurai une série de billets sur mon blogue TalkClassical à tous les jours d'ici le 4 janvier. Certains sont des ré-éditions de réflexions déjà proposées sur MQCD au cours des dernières semaines, et d'autres sont des réflexions originales.

Saturday, December 24, 2011

This Day in Music History - 24 December 1951


This is a past Tuesday Blog from Dec-24-2011. 


This is the first of Pierre's Twelve Days of Blogging.

Recommended Reading:Three Kings in 50 minutes



To kick off my Twelve Days of Blogging, I have chosen a very special TDMH post, which takes us back exactly 60 years to the Golden Age of Television, that has double significance:

  • The first ever installment of American television's longest (and still) running anthology series; and
  • The first performance of a treasured holiday classic, which was played (sometimes twice a year) on American television for more than 15 years


The anthology seies is the Hallmark Hall of Fame, and the classic is Gian Garlo Menotti's made-for-TV opera, Amahl and the Night Visitors.

It would be a disservice of me to even try and tell the story of the curious circumstances that have preceeded and followed this historic broadcast - the referenced article Three Kings in 50 Minutes does an excellent job of doing so, providing not only the history, but also some anecdotes about network television in the Golden Age. It is well worth your while to read this article.

For those of you who aren't familiar with the piece, it is a one-act opera, sung in English, that tells a sort of Holday Tale taking place in the Holy Land around the time of Christ's birth. As the title suggests, a young cripple shepherd (Amahl) and his mother are visited by three Kings (the very Kings of the Gospel) on their way to see the Blessed Child. As in any good tale, there is a good mix of tragedy and magic, along with a miraculous and fitting ending. Saying more (if, indeed, you have not seen this opera) would spoil everything.

The kinescope reel that we will watch today is from the original broadcast - it was believed to have been lost, but thankfully was found at the Museum of Television & Radio. It should also be pointed out that a cast recording with the original players was made not long after and is still available on CD - it is a recording I personally own and still enjoy to this day.

The broadcast opens with a spoken introduction by Mr. Menotti (index cards in hand), followed by the entire opera. After a final word from the sponsor, the remainder of the broadcast is filled by carols sung by a boy's choir - probably the Columbus Boys Choir which Chet Alen belonged to at the time. Unfortunately, the kinescope ends abruptly (consider yourself warned).

The libretto is not available openly on the Internet - however you may click here for a script that was put together by a listener.


Gian Carlo MENOTTI (1911-2007)
Amahl and the Night Visitors (1951)
One Act Opera, libretto by G.C. Menotti

Orignal 1951 Television Cast (Staging by Menotti)
Amahl: Chet Allen 
The Mother: Rosemary Kuhlmann 
King Kaspar: Andrew McKinley 
King Melchior: David Aiken 
King Balthazar: Leon Lishner
The Page: Francis Monachino

NBC Opera Orchestra and Chorus under Thomas Schippers



Internet Archive URL - https://archive.org/details/AMAHLTHENIGHTVISTORS

As a filler selection, please enjoy more Menotti - My Christmas (1987)

Nashville Symphony Chorus, Chicago Symphony Chorus, Nashville Symphony Orchestra, under Alastair Willis


Finally, on behalf of myself and my family, best wishes for a great, happy and safe Christmas to you and your family!

Thursday, December 22, 2011

Montage #36 - This Day In Music History / Ephéméride musical 22-12-1808

As of February 3rd 2012, this montage will no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / A compter du 3 février 2012, ce montage ne sera plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:



pcast036 Playlist



Click here for Part one of this Musical Academy / Cliquer ici pour la'avant-entr'acte de cette académie musicale.

===================================================================

English Commentary- le commentaire français suit

When I was an Undergraduate in Montreal in the early 1980’s, I befriended some of the student orchestra members whoèd rehearse at the old Loyola Refertory during the lunch hour - it was on my way to my Complex Analysis class... I would make a point of attending the Concordia Orchestra concerts. Sherman Friedland, one of Nadia Boulanger’s many students, was the conductor and he did what I thought wa a good job, piecing together a new line-up every year, with students and a few “local community musicians” – be they non-music faculty members, or local residents.

Concordia was (and still is, I believe) a university with a strong commiutment to continuing education, so many of the courses offered were night courses. The Orchestra “course offering” was a typical two-hour evening slot on Monday nights. I figure they probably had some rehearsals outside of that, but I imagine that the orchestra didn’t rehearse more than 5 hours a week – consistent with my daughter and her High-School wind band that used to require “band practice” two afternoons a week, with the odd ad-hoc rehearsal.

Anyhoo, one season – I think it was their first concert of the year), they had programmed an all-Beethoven concert: with a faculty member from another University playing the “Emperor” concerto, and the Fifth Symphony after the intermission. Though I thought they did a good job overall, the famous “3 G’s and an E-Flat” motif was, well, rather forgettably performed. It lacked the unison, and from that point forward (and, yes, Maestro Friedland played the repeat) the movement was mostly a train wreck. The man sitting next to me, when the piece was over and the audience showed their appreciation, simply said: “What did you expect? This isn’t the Berlin Philharmonic!”

I like to think what I heard that night can’t be much different than what greeted our patrons in Vienna on the evening of 22 December 1808 – the hall was cold, the musicians hadn’t much rehearsed, they were led by a man who (by all accounts) wasn’t a “traditional” conductor and a new work, requiring such uniuty and precision to make its opening statement. Since nobody had heard it before, maybe there wasn't quite as much disappointment as there was almost 200 years later at the quaint chapel of the Loyola Campus, but still...

[A] grand, very elaborate, too long symphony. A gentleman next to us reassured us that, at the rehearsal, he had seen that the violoncello part alone covered thirty to forty sheets. Of course, here, the note writers do not any less understand how to 'extend' pieces than in our parts do the court scribes and law clerks.

(We already featured Mr. Bernstein's thoughts on the fifth in a separate blog posting in November.)

After the Sanctus and Benedictus for soloists, choir and orcestra, Beethoven improvised at the piano"a long fantasy, which Beethoven showed his entire mastery".

It is unclear what that "fantasy" was... Some claim it simply was the solo piano introduction to the Choral fantasy (which Beethoven would not have yet committed to paper), or maybe it was another piece altogether. Not knowing quite what he played, I chose to insert his op. 77 fantasy for solo piano.

Finally, the Choral fantasy:

The wind instruments varied the theme, which before, Beethoven had played on the piano. Now it was the oboes' turn. The clarinets--if I am not mistaken!--miscounted and set in at the same time. A peculiar mix of tones emerged; B. jumped up and tried to silence the clarinets, however, he did not succeed until he called out quite loudly and rather angrily to the orchestra: Silence! This will not do! Once more--once more! and the praised orchestra had to accommodate him and play the unfortunate Fantasy again, from the beginning--! 

And, in spite of it all, most of the works played on that fateful night survived their première, and are considered to this day some of Beethoven's most memorable works!

I think you will love this music too!

===================================================================
Commentaire français

Pendant mes études de premier cycle à l’université Concordia de Montréal, je me suis lié d’amitié avec une demi-douzaine des membres de l’orchestre étudiant qui pratiquaient au vieux réfectoire du campus Loyola. Pas, surprenant, j’ai assisté à tous (ou presque) les concerts de l’orchestre à la vieille chapelle de l’université (l’orchestre joue maintenant dans une salle mieux nantie, la salle Oscar-Peterson, ainsi nommée en mémoire du fameux pianiste né et formé à Montréal).

Dans le temps, l’orchestre était dirigé par le clarinettiste Sherman Friedland, émule de Nadia Boulanger, et l'enseignant en formation orchestrale. L’université avait (et a toujours d’ailleurs) une vocation axée vers l’éducation permanente, et offrait une large tranche de ses cours le soir, et le cours de formation orchestrale se tenait les lundi soirs (deux heures et demie par semaine), et l’orchestre lui-même était formé d’étudiants, de musiciens amateurs de la communauté universitaire et des environs. Avec les répétitions ad-hoc, l’orchestre devait pratiquer en groupe un total de 4 ou 5 heures par semaine, et donnait un concert toutes les 6 à 8 semaines.

Un concert particulièrement mémorable eût lieu en début de saison (peut-être le premier ou deuxième, j’oublie…) et fut un programme tout-Beethoven avec le concerto «Empereur» (avec une pianiste de l’Université de Montréal comme soliste) et la fameuse cinquième.

L’orchestre exécuta la première partie du programme assez bien, et la foule anticipait une performance de prouesse équivalente pour la cinquième de l’après-entracte. Hélas! Le motif d’entrée (la figure de quatre notes célébrissime) fut raté complètement. Le manque d’unisson hanta l’orchestre entier pour le reste du mouvement (qui inclut la reprise des premières mesures!). On se racheta après la pause du premier mouvement, et le reste de l’exécution fut plus que correcte – ovation bien méritée. De dire mon voisin «Ce n’est pas la Philharmonique de Berlin!».

Une longue anecdote, si, mais probablement appropriée pour le montage d’aujourd’hui. Cet orchestre entendu en ce samedi soir ne fut probablement pas très différent de l’ensemble que dirigea Beethoven en ce soir du 22 décembre 1808, et les résultats ne furent sûrement pas très différents – sauf que, lors de la première, on n’avait pas de barème de comparaison car personne n’avait encore entendu le motif maintenant légendaire.

On écrit donc ces mots (ma traduction) concernant cette première performance de la fameuse symphonie en ut mineur:


Une grande, trop longue symphonie, très élaborée. Un des auditeurs nous assura que, lors de la générale, il avait remarqué que la partition du violoncelle à elle seule couvrait de trente à quarante feuilles. Par ici, seuls les clercs de la cour savent étirer ainsi quelque chose par écrit

(Si le cœur vous en dit, vous pouvez relire mon billet sur l’exposé magistral de Leonard Bernstein sur cette symphonie il y a quelques mardis.)

Après l’exécution du Sanctus et du Benedictus, Beethoven improvisa seul au piano. L'improvisiation elle-mëme suscite certains débats. Certains croient qu'il s'agirait de l'introduction pour piano seul, maintenant intégrée à la partition de la fantaisie chorale, ou peut-être une pièce singulière. J’ai choisi d’inclure une fantaisie pour piano solo contemporaine à ce concert, son op. 77.

Finalement, la fantaisie pour piano, chœur et orchestre. La dernière sélection de cette académie musicale a la distinction d’être la seule pièce qui fut donnée en rappel… En quelque sorte…


B. sauta de son sièege et tenta d’arrêter le jeu des clarinettes. Il réussit finalement qu’après avoir crié “Silence!” Il insuista pour qu’on reprenne la performance , au déplaisir des musiciens, depuis le début.

Il est donc tellement intéresssant de noter l’ensemble des impressions rapportées de cette académie… Et plus spécialement car, en dépit de l’apparent fiasco, toutes ces pièces sont maintenant des figures de proue du répertoire classico-romantique!

Bonne écoute!

Tuesday, December 20, 2011

Musikakademie Konzert der 22. Dezember 1808, Erste Abtheilung

In English: http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/438-musikakademie-konzert-der-22.html

Article connexe (en anglais): http://raptusassociation.org/22dec1808e.html

Pour notre mardi en musique d'aujourd'hui, et pour notre montage (excepttionellement) jeudi, nous allons nous concentrer sur l'académie de concert qui eût lieu à Vienne le 22 décembre 1808.

Cette académie se déroula au Theater-an-der-Wien et fut monté afin de permettre à Beethoven de promouvoir une série de nouvelles oeuvres. Cette pratique est parfaitement analogue aux tournées de concert de nos artistes d'aujourd'hu - ainsi donc, Beethoven se veut le maître d'oeuvre, le promoteur (il doit embaucher les musiciens, réserver la salle, etc.) et il empochera les bénéfices pécuniers de l'éeénement.

L'article mentionné ci-haut offrre une synthèse détaillée de la correspondance entre Beethoiven et divers intervenants en 1808. Beethooven pense contribuer à une académie de concert, et en discute avec Heinrich Joseph von Collin (l'auteuir de Coriolan). Dans cette correspondance du mois de mars, Beethoven rappelle qu'il s'engage à contribuer des pièces pour une académie (qui sera montée pour le bénéfice des Theaterarmen, c'est à dire des familles moins fortunées de la communauté artistique. Lors de ce concert, qui a lieu le 13 avril, Beethoven dirige l'ouverure Coriolan, sa quatrième symphoinue et son troisième concerto pour piano.

En retour pour cette contribution, il obtient l'usage du théâtre pour son académie. Je cite (ma traduction):

. . .En retour pour les nobles contributons musicales et des services offerts par Beethoven lors des concerts du 15 novembre 1897, 13 avril et 15 novembre 1808, Hartl lui fait don du Theater-an-der-Wien pour son akademie du 22 décembre.

Voici un aperçu du programme de ce soir-là:

* Sixième symphonie

* Aria: "Ah, perfido", Op. 65

* Gloria de sa messe en ut majeur

* Quatrième concerto pour pianio (joué par Beethoven lui-même)

* (Entr'acte)

* Cinquième symphonie

* Le Sanctus et le Benedictus de sa messe en ut majeur

* Beethoven improvise au piano

* La fantaise pour piano, choeur et orchestre


Notre billet d'aujourd'hui jette un coup d'oeil sur l'avant entr'acte de ce concert. L'article en référence relate les impressions de mélomanes présents au concert. Sans traduire les impressions mot-à-mot, la critique discute d'un nombre de facteurs:

* Que la salle est en banlieue, et mal chauffée

* Que le concert dure plus de quatre heures

* Que l'orchestre était mal préparé

* Que la cantatrice était nerveuse

Si les impressions laissées par l'aria et le Gloria réflètent le manque de préparation, la critique est plutôt positive en ce qui concerne la pastorale ("Chaque mouvement est très long, mais très évocateurs, pleins d'idées et de figures splendides") et du concerto ("d'une difficulté extrème, mais rendu étonemment bien ppar Beethoven")

Ainsi donc, je vous propose une play list YouTube avec des sélections du programme, et des hyperliens pour les oeuvres complètes.

A jeudi, donc, pour l'après entr'acte!



DETAILS

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827)

Premier mouvement (Allegro ma non troppo: Angenehme, heitere Empfindungen, welche bei der Eveil des sentiments joyeux à l'approche de la campagne) extrait de la symphonie no.6 en fa majeur, Op.68 ('Pastorale')
NBC Symphony Orchestra sous Arturo Toscanini
[Intégralement, surYouTube]

Ah! perfido! Per pieta, non dirmi addio, aria de concert pour soprano et orchestre, Op.65
Maria Callas, soprano, Orchestre de la Société des Concerts Du Conservatoire, Paris sous Nicola Rescigno

Gloria extrait de la messe en ut majeur, Op.86
Janet Baker Mezzo-Soprano, Heather Harper Soprano, Hans Sotin Bass, Robert Tear Tenor, New Philharmonia Chorus et London Philharmonic Orchestra sous Carlo Maria Giulini
[Intégralement surYouTube]

Troisième mouvement (Rondo: Vivace) extrait du concerto pour piano no.4 en sol majeur, Op.58
Murray Perahia, piano, New York Philharmonic sous Sir Colin Davis
[Intégralement sur YouTube - avec Mitsuko Uchida, Zubin Mehta dirige la Philharmonique dèIsrael) ]


Friday, December 16, 2011

Montage #35 - Ice and Snow / Flocons et frimas


This montage is no longer be available on Pod-O-Matic. It can be heard or downloaded from the Internet Archive at the following address / Ce montage n'est plus disponible en baladodiffusion Pod-O-Matic. Il peut être téléchargé ou entendu au site Internet Archive à l'adresse suivante:

pcast035 Playlist



==================================================================

English Commentary - le commentaire français suit

On a personal note, later today I will be undergoing some laser therapy for my eyes. Nothing invasive or serious, they say... Oh well - wish me luck!

Next week will be the astrological beginning of winter. Not that the weather here in Canada waits for the the axial tilt of Earth;s North Pole to reach its furthest point from the Sun to start. To date, nothing too nasty, but we will get our fair share of cold weather, snowfalls and ice...
Ice means skating and (ice) hockey, Canada's national sport and passion. Not that hockey eaits for winter - seems there's hockey around here year round, with professional hockey season starting in October and ending at the end of June!

I just couldn't resist slapping together a YouTube playlist of favourite hockey moments, showing off the likes of Gordie Howe, Rocket Richard, Bobby Orr, and two of Canada's most memorable hockey moments: Paul Henderson's "goal of the century" from 1972 and Sidney Crosby's "Golden Goal" from the 2010 Winter Olympics. These hockey clips are bookended with two renditions of Dolores Claman's 1968 classic "The Hockey Theme", which is known in these parts as Canada's second National Anthem.



Back to the music

Waldteufel's Skater's Walyz opens our tribute to winter. Russians also kow something about winter, ask Glazunov and Tchaikovsky.Rimsky-Korsakov's Snow Maiden may not necessarily be about winter, but he does provide some memorable music from that opera, including the Dance of the Tumblers.

How about a ride in the show, curtosy of Mozart and Leroy Anderson?

A couple of Four Seasons: first, our seasonal taste of the Louis Kaufman set of Vivaldi concertos:



... and a less heard version - a ballet from I Vespri Siciliani by Verdi themed "Le quattro stagioni".

In addition to two French pieces inspired by snow from Debussy, some (French) Canadian favourites: André Gagnon's Neiges and Gilles Vigneault's Mon Pays.

I think you will love this music too, especially in front of a warm fire!




==================================================================

Commentaire français

Profitons de notre feu de foyer (ci-haut), et trouvons refuge - si ce n'est que pour quelques instants - bien au chaud, loin de l'hiver qui approche à grands pas. Ici au Canada, l'hiver n'attend pas que le calendrier annonce le 20 ou le 21 décembre...

Ainsi donc, notre montage d'aujourd'hui est hotre hommage saisonnier - cette fois-ci, pour l'hiver. La thématique: la neige et les sports d'hiver. Qui dit "glace" au Canada dit hockey (sur glace). Intégré au commentaire anglais, j'ai incls une play list YouTube de grands moments du hockey, notre sport de prédilection chez nous. Bien sûr, on ne fait pas que jouer au hockey (ou à la riguettte pour les filles), on patine - pour la vitesse, pour fins artistiques, ou tout simplement pour profiter des jours clairs et ensoleillés de l'hiver. Dans mon patelin d'adoption, Ottawa, avec le gel du canal Rideau, on maintient la plus longue patinoire au monde:



Donc, rien de plus naturel que de lancer notre montage avec la valse de patineurs de Waldteufel.

Les compositeurs russes connaîssent une chose ou deux en ce qui concerne le froid, la neige et les rêves d'hiver: demandez à Glazounov etTchaïkovski. L'opéra Snegurochka (trad. la fille des neiges) de Rimsky-Korsakov n'est pas centré sur l'hiver, mais offre de beaux moments, dont la fameuse danse des saltimbanques.

Et pourquoi pas une promenade en traîneau, gracieuseté de Mozart et Leroy Anderson?

Quelques hivers extrait de compilations diverses des quatre saisons. Pour commencer, continuons notre intégrale Vivaldi/Louis Kaufman avec L'inverno (voir le commentaire anglais) et une compilation moins jouée - le ballet "Le quattro stagioni" extrait d'I Vespri Siciliani deVerdi.
Ensuite, deux extraits enneigés de la part de Debussy.

Pour terminer, deux plages de deux compositeurs québécois. Neiges, d'André Gagnon fut le disque le plus populaire du pianiste/compositeur québécois (en grande partie à cause des plages Wow! et Ta Samba qui furent des pièces fétiches d'un mode émergent au milieu des années 1970, le disco). Toutefois, la plage-titre de l'album est une fresque d'une grande beauté et ornée de moments sentimentaux. Lors d'un spectacle de Gagnon à la Place des Arts autouur de 1976, le poète/auteur/compositeur Gilles Vigneault offrit un poème qui s'inspira de la pièce.

Vigneault et Gagnon ont croisé leurs chemins vers 1969-70, alors que Gagnon adapta trois chansons de Vigneault pour représenter l'hiver de son album "Mes quatre saisons". Le premier mouvement est une adaptation à la baroque de l'hymne à l'hiver du chansonnier, Mon Pays. En plus d'offrir cette chanson en fin de montage, voici une play list YouTube du Gagnon, suivi des chansons originales de Vigneault.



Bonne écoute!

PS: Aujourd'hui, mes yeux on rendez-vous avec un laser afin de parer un glaucôme naissant. Souhaitez-moi bonne chance!

Tuesday, December 13, 2011

Noël Classique

In English: http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/437-christmas-classics.html
Il y a sans doute une chaîne de radio près de chez vous qui joue des airs de Noël 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. C'est de saison, mais la modération dans tout ça?

Je crois que je peux dire sans trop me tromper qu'il y a beaucoup de cantiques et autres airs de saison dans l'air ces jours-ci, mais dans nos blogues on parle de classique. Nous reviendrons aux airs de saison autour de Noël - concentrons nous plutôt sur des sélections proposées par nos compositeurs préférés.

Quelques mots sur les choix d'aujourd'hui.

Leroy Anderson fut longtemps un collaborateur du légendaire chef Américain Arthur Fiedkler et de ces Boston Pops. Pour eux, il créa un pot-pourri d'airs populaires (vous en reconaîtrez sûrement plusieurs!) Du compositeur Anglais Benjamin Britten on retrouve une série de variations sur un cantique anglo-saxon bien connu.

Du répertoire baroque, des sélections de CorelliCharpentier et Handel.

Pour la suite de concert du Casse-Noisette de Tcahikovski, j'ai voulu utiliser la séquence que Stokowski dirigea pour Fantasia. Toutefois, deux des plages de la suite furent omises par le chef, et j'ai trové un viel enregistrement pour combler cette carence.

Parlant de vieux enregistrements, vous trouverex ici l'ouverture pour "La nuit de Noël" de Rimsky-Korsakov sous Nikolai Golovanov.

Place aux jouets... De Léopold Mozart j'ai choisi sa "Symphonie des jouets" et du compositeur Irlando-Am.éricain Victor Herbert, sa "Marche des jouets". Finalement, Troika de Prokofiev.

Bonne écoute!


 DETAILS
Leroy ANDERSON (1908-1975)
A Christmas Festival (1952)
Leroy Anderson et son orchestre

Pyotr Ilich TCHAIKOVSKY (1840-1893)
Shchelkunchik (Casse-Noisette), Suite pour orchestre, op. 71a
Robert Sharples dirige le London Festival Orchestra (Ouverture et Marche)
Leopold Stokowski dirige le Philadelphia Orchestra (Danses)

Arcangelo CORELLI (1653-1713)
Concerto Grosso en sol mineur, Op.6, No.8 ('Concerto de Noël')
Jean Francois Paillard dirige son orchestre de chambre

Marc-Antoine CHARPENTIER (ca. 1636-1704)
Salve puerule extrait de In nativitatem Domini canticum, H.314
Taverner Consort sous Andrew Parrot

Leopold MOZART (1719-1787)
Cassation pour jouets, hautbois, cor et cordes en sol majeur (Smphonie des jouets) (ca. 1959)
Orchestre et chef non-identifiés

Victor HERBERT (1859-1924)
March of the Toys extrait de Babes in Toyland (1903)
St-Louis Symphony Orchestra sous Leonard Slatkin

Sergey PROKOFIEV (1891-1953)
Troika extrait de Lieutenant Kijé, Op.60
Orchestre et chef non-identifiés

Benjamin BRITTEN (1913-1976)
Men of Goodwill, variations on a carol (1947)
Minnesota Orchestra sous Sir Neville Marriner
Nikolay RIMSKY-KORSAKOV (1844-1908)
Ouverture pour l'opéra Noch' pered Rozhdestvom (La nuit de Noël) (1895)
Orchestre Symphonique de Radio-Moscou sous Nikolai Golovanov

George Frideric HANDEL (1685-1759)
Extraits de Messiah, HWV56
Sir Adrian Boult dirige le London Philharmonic Orchestra (Sinfonia Paostoarle)
Sir Thomas Beecham dirige le Royal Philharmonic Orchestra, Chorus et un groupe de solistes (trois sélections chantées)
Mormon Tabernacle Choir avec accompagnement non-identifié (Alleluia)