Tuesday, December 11, 2012

Jadis sur Internet – Louis de Froment et l'Orchestre symphonique de RTL

Parmi les grands orchestres de tradition française, certains noms se succèdent: mon Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre de la Suisse Romande, et certains des grands orchestres associés avec les diffuseurs de langue française – tel, par exemple, l’Orchestre National de France (jadis l’orchestre de l’ORTF) et le Grand orchestre symphonique de Radio-Télé-Luxembourg (RTL), qui par modestie sans doute utilise met  habituellement de côté l’adjectif de «grand».
Fondé en 1933 sous la tutelle d’Henri Pensis, l’orchestre était à l’origine l’orchestre-maison de la radio du Luxembourg. Se succèderont à sa direction, des noms plus ou moins méconnus: Carl Melles, Leopold Hager, et Louis de Froment. Depuis 1996, l’orchestre évolue sous la bannière de la Philharmonique du Luxembourg.
Un chef qui passe une tranche importante de sa carrière dans un patelin modeste comme le Luxembourg n’est sans doute pas le genre de musicien qui aura une part de notoriété internationale. Pourtant c’est exactement le cas pour M. Froment, et ce surtout dû à une longue association sur disque avec un label à prix abordable.


Né à Toulouse d’une famille anoblie, Froment étudiera le violon, la flûte et l’harmonie au conservatoire local, et ira ensuite se parfaire au grand Conservatoire de Paris, choisissant de se former comme chef d’orchestre. Sous la tutelle de Louis Fourestier, Eugène Bigot et André Cluytens, Froment marquera son séjour au conservatoire en remportant le premier prix en direction d’orchestre en 1948.
Pour les dix ans qui suivront, Froment travaillera avec de petits ensembles, assurera la direction artistique à des casinos le long de la Côte d’Azur, avant d’accepter la direction de l’orchestre de RTL en 1958, un poste qu’il occupera pendant plus de 20 ans, prenant sa retraite en 1981.
La discographie de M. Froment et de son orchestre est variée et substantielle (survol partiel). La majorité de ses projets disscographiques, incluant des intégrales Debussy, concerti de toutes sortes, etc. seront issus d’une longue collaboration avec la maison Vox.
L’échantillon modeste présenté aujourd’hui fait, je crois, la démonstration de la grande versatilité et virtuosité de l’orchestre de RTL. Comme chef, M. Froment est un artiste fiable, qui approche ses partitions avec sobriété, hormis certains excès de shmaltz parfois discutables.
Bonne écoute!
DETAILS
Maurice RAVEL (1875-1937)
Le tombeau de Couperin, pour orchestre, MR 68a
Pavane pour une infante défunte, MR 19
(Transcrit pour orchestre par Ravel, 1910)

Tomaso ALBINONI (1671â1751)
Adagio, pour violon, cordes et orgue en sol mineur, T. Mi 26
[Probablement de Remo Giazotto (1910-1998)]

Frédéric CHOPIN (1810 - 1849)
Polonnaise “militaire” en la majeur,  op. 40, no. 1
(Orchestration de Theodore Moses Tobani?)

Paul DUKAS (1865-1935)
L'Apprenti Sorcier (1897)

Edward ELGAR (1857-1934)
Marche militaire ('Pomp and Circumstance') en ré majeur, op. 39, no. 1

Gabriel FAURE (1845-1924)
Berceuse, Op.16

Johann PACHELBEL (1653 - 1706)
Canon pour trois violons et basse continue, en ré majeur, T. 337

Franz Peter SCHUBERT (1797-1828)
Ellens Gesang III ('Ave Maria'), D.839
(Version instrumentale)

Richard WAGNER (1813-1883)
Ouverture à Die Meistersinger von Nürnberg, WWV 96
Hojotoho! Heiaha! (La chevauchéedes Valkyries) du troisième acte de Die Walküre, WWV 86b

Orchestre Symphonique de RTL
Louis de Froment, direction
Téléchargement  MP3.COM  - 21 novembre 2001