Monday, January 16, 2012

Ephéméride muisical - le 16 janvier 1910



Carnegie Hall, New York , 16 janvier 1910: Au cours d’une soirée memorable, Serguei Rachmaninoff offre pour la troisième fois une performance de son nouveau concerto pour piano en ré mineur avec la Philharmonique de New York sous son directeur artistique Gustav Mahler.

La troisième fois car M. Rachmaninoff créa son concerto lors de la même tournée avec l’Orchestre de la Société des Concerts Symphonique de New York au New Theater le 28 novembre précédent sous Walter Damroch , et l’offrit en reprise avec les mêmes artistes deux jours plus tard.

Dans des propos qu’il offrira plus tard concernant son concert de janvier 1910, Rachmaninoff sacrera Mahler «le seul chef que je considère digne d’être classé avec (Arthur) Nikisch. Il gagna mon cœur de compositeur dès notre première rencontre en se dévouant entièrement à la préparation de mon concerto jusqu’à ce que l’accompagnement orchestral – qui n’est pas facile – soit parfait, en dépit d’une session de répétitions déjà fort ardue. Chez Mahler, chaque détail de la partition était important, démontrant une attitude peu usitée chez les chefs d’orchestres de nos jours.»

Rachmaninoff continue à offir des anecdotes de ces repetitions, qui révèlent l’aspect autoritaire du chef Autrichien:

La répétition commença à dix heures, et je devais me joindre à eux vers les onze heures, mais ma partie de la session ne commença qu’à midi, alors qu’il ne restait qu’une demi-heure selon l’horaire établi. Une demi-heure pour traverser une œuvre qui dure 36 minutes sans interruption. Je fais de mon mieux pour m’acquitter de la tâche avec diligence; on joue et on joue, et midi et demie est passé depuis longtemps sans que Mahler ne se soucie de l’horloge.
Quarante-cinq minutes se sont maintenant écoulées, et Mahler lance «Maintenant reprenons le premier mouvement».
Je me glace – normalement, on devrait maugréer, mais pas un bruit de la part des musiciens. En fait, on joue avec énergie et un zèle inégalé. A la fin de la reprise du premier mouvement, je rejoins Mahler au podium afin de discuter de la partition quand les musiciens à l’arrière commencent à se lever lentement. Levant les yeux, Mahler explose: « Et qu’est-ce que sa signifie? ».
Le violon-solo rappelle à Mahler que la session a largement dépassé l’horaire convenu. « Ça m’est égal. Si je suis assis au pupitre, aucun musicien n’a la permission de se lever. ».
La critique du New-York Herald est pleine de louanges :

L’impression laissée par les auditions precedentes de la dignité et de la beauté de la musique et du jeu du compositeur au piano sont grandement approfondis, et le public par ses applaudissements enthousiastes a une fois de plus approuvé de l’audition, comme fut le cas au New Theater le 28 novembre dernier et au Carnegie Hall deux jours plus tard. (… Le concerto) devient de plus en plus impressionnant écoute après écoute, et il se classera sans doute parmi les concerti les plus impotants de ces dernières années, quoique son niveau de difficulté empêchera les pianistes qui n’ont pas la technique extraordinaire requise de s’y risquer.

En effet, il est de toute évidence un des concerti les plus difficiles, non seulement à cause de la technique requise, mais de l’endurance requise – le concerto est long et le soliste est constamment sollicité.

Tant qu’au tissu musical que Rachmaninoff tisse dans ce concerto, on y trouve les éléments typiques du compositeur : la marée néo-romantique, les aspects de russité et de folklore (le premier mouvement adapte un air d’église, par exemple), et bien sur le pathos à la Tchaikovski de la complainte du deuxième mouvement. Le tout est coiffé par une finale brillante et virtuose, fougueuse et raffinée, qui rassemble le concerto au complet avec des motifs réminescents des mouvements antérieurs. Génial!

Bien que le concerto de Rachmaninoff fut la pièce de résistance du concert de janvier 1910, on y trouve également des oeuvres de Smetana, Wagner et une orchestration/adaptation Mahler de quatre mouvements de suites pour orchestre de Jean-Sébastien Bach. Cette pièce qui fut crée ce soir-là et le Wagner, sans doute, expliquent la lomngueur excessive de la répétition relatée par Rahmaninoff…

Voici donc une re-création YouTube de ce concert :


Bedrich SMETANA (1824-1884)
Ouverture Prodaná nevesta (La fiancée vendue), JB 1:100
McGill University Symnphiny Orchestra sous Alexis Hauser



Serguei RACHMANINOFF (1873-1943)
Concerto pour piano no.3 en ré mineur, Op.30
Emil Gilels, piano - Orchestre de la Societe de Concerts du Concervatoire conducted sous Andre Cluytens



Gustav MAHLER (1860-1911)
Suite pour orchestra, clavecin et orgue (Après J.S. Bach) (1910)
Koninklijk Concertgebouworkest  sous Riccardo Chailly



Richard WAGNER (1813-1883)
Prélude et Liebestod, extraits de Tristan und Isolde, WWV 90
West-Eastern Divan Orchestra sous Daniel Barenboim



Bonne écoute!