Tuesday, May 29, 2012

La Chronique du Disque (mai 2012)


In English: http://www.talkclassical.com/blogs/itywltmt/966-la-chronique-du-disque.html


NDLR: La chronique du disque est un billet présenté mensuellement, relatant mes achats et acquisitions du mois qui s’achève. Ceci n’est pas une «critique du disque», mais plutôt un billet d’informations : qu’est-ce que j’ai trouvé, où l’ai-je trouvé, et qu’est-ce que j’en pense. Des informations qui peuvent piquer votre curiosité et (peut-être) vous amener à considérer les pièces ou même les prestations que je propose, afin de les ajouter à votre collection.
Parce qu’il se doit, je vais assigner une «note» (une lettre entre A et D) pour ces achats – en fait, deux notes, comme on le fait au patinage artistique. Une note sera attribuée à la qualité sonore (QS), et une autre pour l’impression globale (IG). Voici un barème :
  • Pour la qualité sonore: mon point de référence est mon iPod avec écouteurs de type bouton. J’écoute mon iPod au travail et dans l’autobus, donc avec un certain niveau de bruit de fond. Une «bonne» note est assignée si la prise de son est bonne, la musique est claire et exempte de bruits de surface, et généralement permet une audition claire de la prestation sans dérangement.
  • Pour l’impression globale: il s’agît-là d’une note subjective, entièrement basée sur la performance dans le contexte d’auditions comparables. Une «bonne» note requiert une prestation convaincante, pleine de virtuosité, représentative de l’ère et des traditions qui accompagnent la pièce.

Mes acquisitions pour le mois de mai

Je vais commencer avec une acquisition d’une catégorie différente :

Lors de mon dernier voyage d’affaires, j’ai choisi d’investir dans l’achat d’un casque d’écoute (écouteurs de style bouton), et je suis jusqu’à maintenant fort satisfait de la qualité sonore et de leur confort. Ce casque d’écoute est pas mal plus dispendieux que les écouteurs que j’achetais à la douzaine chez Dollarama… Je ne peux qu’espérer qu’ils seront durables! Lisez plus de détails ici.


Brahms: Ein Deutsches Requiem / Klemperer, Schwarzkopf
[Torrent ]

Dans ma collection personnelle, j’ai une version du Requiem Allemand de Brahms, avec Lucia Popp, le chœur et la Philharmonique Tchèques sous Sinopoli. J’ai téléchargé la performance Klemperer (Philharmonia, Schwartzkopf, Fisher-Diskau), histoire d’élargir mon expérience de l’œuvre et je dois reconnaître que la prestation mérite de faire partie de la collection des «Grands enregistrements du XXe siècle». Autant Sinopoli propose une lecture romantique et par moments fleur-bleue, autant celle de Klemperer se veut musclée et stupéfiante. Un summum à tous niveaux: solistes, approche, et qualité sonore. M. Sinopoli est maintenant déplacé sur  mon iPod. A pour la QS, A pour l’IG.
The Essential George Gershwin
[Torrent ]

2012 marque le 75e anniversaire du décès (et 2013 le 115 e anniversaire de naissance) du brillant compositeur américain, et je vous propose ici une anthologie de l’œuvre de Gershwin, surtout axée sur ses chansons, interprétées par des artisans de la première heure (MM. Jolson et Astaire) ainsi que par des générations subséquentes d’artistes. Il n’y a pas que des extraits des comédies musicales de M. Gershwin, toutefois: on trouve ici des adaptations Jazz, et des prestations “plus sérieuses”, dont cette étrange version de laRhapsody In Blue où Gershwin (via un rouleau de piano mécanique de 1925) agît comme soliste dans une prestation archi-presto de l’œuvre accompagné par Tilson-Thomas et le Columbia Jazz Band (14 plutôt que 18 minutes!). Un document qui plaira aux fans et à ceux qui cherchent à combler leurs collections. A pour la QS, A- pour l’IG.

Schubert: String Quartets No 8 And 14 / Quatuor Alcan
[eMusic]

La Mort et la Jeune Fille est mon quatuor préféré dans le répertoire Schubert, et j’ai dans ma collection une version que je qualifierais de définitive de la part de Willi Boskovsky et son quatuor de la Philharmonique de Vienne datant des années ’50. Toutefois, je n’ai pu résister à la tentation d’acheter une version locale de l’œuvre, par le Quatuor Alcan (basé à Montréal). La comparaison est simple : Alcan adopte une approche plus romantique que les Viennois, et ceci donne une saveur différente à ce quatuor. La même approche fonctionne bien pour l’autre pièce offerte (D. 112). A noter l’excellent travail des ingénieurs d’Analekta 0 ou est-ce mon nouveau casque qui fait la différence? A pour la QS, A- pour l’IG.

Khachaturian, Shostakovich, Tchaikovsky /Rostropovich, Et Al
[eMusic]
Dans des chroniques précédentes, j’ai proposé d’autres titres de la série «BBC Legends» provenant d’artistes Soviétiques (Gilels et Richter) de passage à la BBC lors de visites sanctionnées par les autorités Urssiennes. On oublie que Rostropovich faisait durant ces années partie de ce lot d’artistes – Rostropovich ayant fui l’Union Soviétique pour s’installer en Occident vers la fin des années ’70, et œuvrant dès lors surtout comme chef. Néanmoins, Rostropovich est sûrement le violoncelliste dominant de sa génération, et les œuvres entendues sur ce disque (prestations croquées sur le vif) furent moultes fois enregistrées parSlava. L’aspect « en public » donnent un relief particulier à ces œuvres, particulièrement le Tchaïkovski. A- pour la QS, A- pour l’IG.

Schubert: String Quartet No. 15, D. 887; Beethoven: String Quartet No. 16, Op. 135 / New Orford String Quartet
[eMusic]

Le Quatuor Orford “original” est l’un des quatuors canadiens les plus enregistrés et probablement le plus célèbre. Cet ensemble, dont l’alignement changera maintes fois au cours d’une trentaine d’années, quitta la scène il y a une dizaine d’années. Le «nouveau» Orford, établi récemment, retrouve des premiers-pupitres de l’OSM – Jonathan Crow a, depuis, accepté le poste de violon-solo du Toronto Symphony. Ce disque, leur premier enregistrement, révèle un quatuor qui a un jeu d’ensemble surprenant, qui offre des interprétations magistrales de quatuors du répertoire standard. Le quatuor, en dépit de la nouvelle affectation d’un de ses membres, continue ses prestations publiques (généralement bien reçues), donc il faut espérer qu’il s’agît ici du premier d’une série de disques – à suivre! A pour la QS, A- pour l’IG.

En bref
  • Prokofiev Symphony-Concerto for Cello and Orchestra [eMusic]: Enregistrement Bulgare d’une prestation radiophonique de la part de M. Rostropovich d’une œuvre de son grand ami Prokofiev. Hormis une qualité sonore discutable, je jeu du soliste et de l’orchestre sont très en place. B pour la QS, A- pour l’IG.
  • To The Distant Beloved - Beethoven, Liszt, Schumann / Lortie [eMusic]: Un autre disque Liszt de la part du pianiste Montréalais Louis Lortie pour la marque Chandos. Comme toujours, Liszt reste un compositeur qui trouve chez Lortie un interprète sérieux et le Schumann qui complète le disque démontre que Lortie sait jouer du piano! J’aime bien!A pour la QS, A- pour l’IG.
  •  Gould, Macmillan: String Quartets / Alcan String Quartet [eMusic]: Pas mal de quatuors ce mois-ci, et de plus est, un autre Alcan! L’attraction principale ici est l’unique quatuor (d’ailleurs, une d’une poignée de compositions) de la part du pianiste et iconoclaste Glenn Gould. Gould affectionne la deuxième école viennoise, et ce quatuor se veut un hommage à Schoenberg, Berg et Webern… Le disque est complété par des œuvres pour quatuor de Sir Ernest MacMillan, surtout connu comme chef d’orchestre durant et après la Deuxième Guerre Mondiale du Toronto Symphony. J’aime particulièrement la paire de chansons canadiennes-françaises adaptées par Sir Ernest : elles sont si charmantes!  A pour la QS, A- pour l’OI.